Publicité
16 janvier 2020 - 09:00

Sur le site de l’ancienne usine Aleris

Infraction environnementale : la Corporation de développement TR inc. doit verser 34 995 $

Par Salle des nouvelles

Le 28 novembre 2019, l’entreprise Corporation de développement TR inc., de Montréal, a été déclarée coupable d’une infraction à la Loi sur la qualité de l’environnement. Le 6 septembre 2017, l’entreprise, actuellement propriétaire du site de l’ancienne usine Aleris à Trois-Rivières, a refusé ou négligé de se conformer à l’ordonnance 667, qui lui a été imposée le 7 juin 2017 en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement.

Rappelons que l’ordonnance exigeait de l’entreprise qu’elle transmette pour approbation au ministre, dans les délais prescrits, un plan de réhabilitation du site de l’ancienne usine Aleris à Trois-Rivières, et qu’elle réalise ce plan. En agissant ainsi, l’entreprise a contrevenu à l’article 115.32 de la Loi sur la qualité de l’environnement.

De fait, l’entreprise Corporation de développement TR inc. a été condamnée à verser une amende de 30 000 $ et doit, en plus des frais judiciaires, rembourser les frais de poursuite engagés par le Ministère, soit un montant de 4 995 $.

Pour rappel, tout citoyen peut signaler tout acte ou geste pouvant affecter la qualité de l’environnement en personne au bureau du Centre de contrôle environnemental du Québec le plus près, par Internet ou par téléphone, à Urgence-Environnement, au 1 866 694-5454.

Pour consulter le registre des déclarations de culpabilité à des infractions à la Loi sur la qualité de l’environnement ou à ses règlements.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.