Publicité
29 novembre 2019 - 06:00

Des mineures visées

Une arrestation liée à un bris de condition par le leurre informatique et bris de condition

Par Salle des nouvelles

Les enquêteurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont procédé à l’arrestation d’un individu pour leurre informatique et bris de condition.

Jeudi 28 novembre, les enquêteurs se sont présentés à la résidence du suspect, située sur la rue Monseigneur Cooke, muni d’un mandat d’arrestation pour celui-ci. Les faits reprochés concernant l’émission du mandat font suite à la condamnation du suspect dans un dossier d’incitation à des contacts sexuels, qui lui avait valu 21 mois d’emprisonnement en 2017.

En contact avec des mineures de moins de 14 ans

Depuis sa libération, celui-ci était visé par une ordonnance qui lui interdisait de se trouver en présence de personnes de moins de 16 ans ainsi que l’utilisation d’internet. Vers la fin du mois d’octobre 2019, des informations mentionnaient que l’individu, un homme âgé de 22 ans, tentait toujours de contacter des jeunes de moins de 16 ans au moyen d’un ordinateur.

L’enquête qui a suivi a permis d’apprendre que cet homme s’adonnait de nouveau à du leurre envers de jeunes filles âgées de moins de 14 ans, sous le profil « Lewis Demers », contrevenant par le fait même à ces conditions de libération et son ordonnance d’interdiction.

Les enquêteurs ont raison de croire que l’individu sous son profil « Lewis Demers » aurait pu faire d’autres victimes. De ce fait, les personnes qui auraient pu être en contact avec lui via l’application Facebook sont invitées à contacter l’enquêteur Steve Dionne au 819 370-6700 poste 3249.

Toute personne voulant partager des renseignements, de façon confidentielle, peut le faire en ligne par le programme "Halte au crime", en communiquant au numéro 819-691-2929 #7, ou directement sur le site internet du programme.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.