Publicité
2 novembre 2019 - 08:00

Dans le cadre d’une marche organisée par la famille de la jeune femme

Un poste de commandement en lien avec la disparition de Mélissa Blais, à 10h à Louiseville

Par Salle des nouvelles

Un poste de commandement de la Sûreté du Québec sera établi à Louiseville aujourd'hui dès 10h dans le cadre d’une marche organisée par la famille de Mélissa Blais. Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec sera à nouveau présent à Yamachiche dans le but de recueillir des informations pouvant faire progresser l’enquête sur la disparition de Mélissa Blais, disparue depuis maintenant deux ans.

La jeune femme, originaire de Yamachiche, a été vue pour la dernière fois le 2 novembre 2017 vers 2 h 30 à Louiseville. Son véhicule de marque Toyota, modèle Corolla, quatre portes, année 2011 de couleur noire immatriculée : Y70 FAD (Québec), n’a toujours pas été retrouvé.

La Sûreté du Québec invite les gens qui auraient de l’information relativement à cette disparition à se présenter au poste de commandement mobile : ce samedi le 2 novembre, à partir de 10h à l'hôtel de ville de Louiseville situé au 105, avenue Saint-Laurent.

Rappel de la description physique de Mélissa Blais:

Taille : 1, 70 m (5 pi 7 po)
Poids : 66 kg (145 lbs)
Cheveux : bruns
Yeux : bruns

Toute information sur cette disparition peut être transmise, de façon confidentielle, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.