Publicité

19 septembre 2021 - 10:52

Pour supporter Ruth Ellen Brosseau

Le chef adjoint du NPD Alexandre Boulerice visite Berthier-Maskinongé

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La candidate du NPD dans Berthier Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau et le chef adjoint et lieutenant du Québec pour le NPD, Alexandre Boulerice, étaient à Pointe-du-Lac pour parler du choix que les gens d’ici auront à faire dans cette élection.

« J’ai une relation privilégiée avec les gens de Berthier-Maskinongé. Il n’y a pas une journée qui passe où on ne m’aborde pas pour me parler des enjeux qui touchent les citoyennes et citoyens. Je suis une fille de terrain accessible, je comprends les défis auxquels nous sommes confrontés au quotidien, explique Mme Brosseau. Plusieurs dossiers prioritaires font du surplace depuis deux ans. Je souhaite être une voix forte pour Berthier-Maskinongé et faire entendre nos demandes à Ottawa. »

Mme Brosseau a profité de l’occasion pour rappeler ses priorités pour les gens de Berthier-Maskinongé. Elle compte travailler à améliorer la connectivité Internet et cellulaire, à pallier la rareté de main-d’œuvre, à rendre la vie des gens plus abordable, à soutenir l’agriculture locale et à bâtir une société plus verte.

« Le Bloc n’a pas su être la voix des gens de Berthier-Maskinongé. Je ne les ai pas entendus une seule fois dénoncer les problèmes d’accès à Internet haute vitesse dans le comté de Berthier-Maskinongé, a déclaré M. Boulerice. Le statu quo au cours des deux dernières années est inacceptable. Les gens d’ici et moi-même avons besoin de Ruth Ellen Brosseau. J’ai hâte de reprendre le travail à Ottawa à ses côtés. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.