Publicité
22 février 2020 - 08:00

Transport durable

L’Écopasse du Cégep de Trois-Rivières continue de gagner en popularité

Par Salle des nouvelles

Les étudiantes et étudiants du Cégep de Trois-Rivières sont de plus en plus nombreux à choisir le transport en commun depuis l’implantation de l’Écopasse, un service d’accès universel aux transports collectifs locaux et régionaux.

Selon un récent sondage effectué auprès de 2 715 étudiants du cégep, l’utilisation des services de transport en commun est passée de 17,7 % en 2018 à 30 % en 2019. Rappelons qu’en 2017, avant l’implantation de l’Écopasse, la proportion était de 9,5 %.

L’Association générale des étudiants a réaffirmé son soutien à ce projet par un vote d’appui en assemblée générale en novembre dernier. Ce vote, combiné à l’augmentation notable de l’utilisation, montrent bien que l’Écopasse répond à un besoin et un désir de nombreux étudiants d’avoir des alternatives, quotidiennes ou ponctuelles, à l’auto solo.

Le Cégep de Trois-Rivières a franchi plusieurs pas en matière de transport afin d’agir comme un réel écocitoyen en posant des actions concrètes pour le développement durable. En plus de l’Écopasse, notons la mise en place d’un stationnement sécurisé pour les vélos afin de stimuler le transport actif ainsi que la mise en place de mesures pour faciliter et encourager le covoiturage.

Le Cégep continue ses efforts et procédera dans les prochains mois à l’analyse de son empreinte écologique en commençant par estimer le bilan carbone lié aux transports.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.