Publicité

14 décembre 2020 - 08:40

Reprise après la COVID-19

9 propriétaires d'entreprise sur 10 ont toujours besoin d'aide, selon un sondage de la FCEI

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Alors que 2020 tire à sa fin et que les défis rencontrés par les propriétaires de PME québécoises risquent d'être encore nombreux en 2021, un sondage mené par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) révèle que 9 dirigeants de PME sur 10 ont encore besoin de soutien.

Ils ciblent l'allègement réglementaire, l'amélioration de l'aide aux entreprises et la réduction du fardeau fiscal comme principales priorités sur lesquelles le gouvernement du Québec devra travailler.

La majorité des propriétaires de PME (61 %) demande au gouvernement du Québec de fournir des efforts supplémentaires pour réduire la paperasserie. Les résultats du sondage démontrent d'ailleurs que près de la moitié des chefs d'entreprise (48 %) souhaitent que de telles actions soient menées pour faciliter l'accès aux mesures d'aide qui leur sont dédiées.

« Les entrepreneurs mettent toute leur énergie pour surmonter la crise. Près de deux entrepreneurs sur cinq au Québec travaillent beaucoup plus d'heures qu'avant. Réduire la paperasserie, ça veut dire leur offrir une denrée rare : du temps. Pensons-y, ce temps leur permettra de se concentrer sur leurs priorités qu'elles soient liées à la présente crise, au quotidien de l'entreprise, au développement des affaires, à la gestion du personnel ou encore à la planification des étapes à venir. L'allègement réglementaire représente un chantier névralgique pour la reprise économique et il se fait sans coût pour le gouvernement du Québec », affirme François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.

La FCEI rappelle que le coût total de la réglementation au Québec est évalué à 6,9 milliards de dollars annuellement et que celui-ci est près de cinq fois plus lourd à porter pour les entreprises de moins de cinq employés que pour les entreprises de plus de 100 employés. À l'heure de la crise, les PME souhaitent que les programmes d'aide soient améliorés.

Selon les données recueillies par la FCEI, six PME québécoises sur dix (60 %) demandent aussi au gouvernement du Québec de miser sur des programmes de soutien qui offrent des subventions plutôt que des prêts et plus de la moitié (52 %) d'entre elles souhaitent que le gouvernement s'engage à maintenir des programmes d'aide tant et aussi longtemps que la crise dure.

« Nous en sommes au 9e mois de la crise et nous sommes loin d'en être sortis. Les mois à venir seront encore difficiles, or les PME sont actuellement très fragiles. Les dettes pour faire face à cette crise se sont accumulées, les dépenses sont toujours présentes, mais les revenus ne sont pas au rendez-vous. Améliorer l'aide, et offrir des subventions plutôt que des prêts, c'est plus que nécessaire », ajoute M. Vincent.

En octobre dernier, la FCEI avait recommandé au gouvernement du Québec d'élargir l'accès à l'AERAM à d'autres secteurs non visés par les restrictions en zone rouge. Aujourd'hui, elle demande au gouvernement d'apporter ces correctifs nécessaires et d'offrir une aide directe pour que les PME n'aient pas à s'endetter davantage.

À ce niveau-là, les modèles de soutien mis en place par le gouvernement fédéral ou encore par certaines provinces, comme l'Alberta et la Saskatchewan, peuvent servir d'exemple.

Alourdissement du fardeau fiscal

Pour les PME, la fiscalité représente le nerf de la guerre. Ce sont une majorité de propriétaires de PME québécoises (57 %) qui recommandent au gouvernement d'imposer toutes les petites entreprises au même taux réduit et deux sur cinq (39 %) qui demandent la réduction des taxes sur la masse salariale. Avec la crise, les entreprises ont besoin de toutes les sommes disponibles pour maintenir leur projet d'entreprise en vie.

À cet égard, la FCEI met en garde le gouvernement contre d'éventuelles hausses de charges qui pourraient faire très mal aux PME. Elle rappelle d'ailleurs que le Québec est la seule province qui bloque toujours l'accès au taux réduit d'impôt pour celles qui œuvrent dans les secteurs des services et de la construction.

« Il faut arrêter de fermer les yeux sur la lourdeur du fardeau fiscal pour les petites entreprises du Québec. C'est handicapant pour leur présent et pour leur avenir. Pire encore, certains propriétaires des secteurs de la construction et des services, qui ont dû travailler beaucoup plus d'heures et qui ont dû diminuer leur personnel en raison de la COVID-19, pourraient vivre un véritable cauchemar en voyant leur impôt exploser cette année. Cette histoire n'est pas une fiction, mais c'est une triste réalité à laquelle pourraient être confrontés certains entrepreneurs, si rien n'est fait. N'attendons pas qu'il soit trop tard. Le gouvernement du Québec doit agir maintenant », conclut M. Vincent.

Pour rappel, les entreprises de ces deux secteurs économiques doivent rémunérer 5 500 heures pour avoir accès au taux d'impôt réduit pour petite entreprise. Ainsi, de petites entreprises risquent de subir une hausse drastique de 130 % de leurs impôts.

Méthodologie

991 membres FCEI du Québec ont répondu au sondage entre le 20 novembre et le 11 décembre 2020.

À titre de comparaison, pour un échantillon probabiliste ayant un nombre égal de répondants, la marge d'erreur serait de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.