Publicité
28 février 2020 - 16:00

Organisé par Nature Québec

Un appel à projets pour mobiliser le privé dans le verdissement de Trois-Rivières

Par Salle des nouvelles

Le programme Milieux de vie en santé (MVS) de l'organisme Nature Québec lance un appel à projets pour mobiliser le secteur privé dans le verdissement des centres-villes de Québec et Trois-Rivières. L’appel à projets À Vos Oasis invite les entrepreneurs, commerçants et organismes des deux villes à soumettre un projet de verdissement qui serait réalisé sur des terrains qu’ils occupent. Les projets choisis bénéficieront par la suite d’un accompagnement en mobilisation et en design urbain de Nature Québec et d’un financement couvrant 50 % des coûts de mise en oeuvre (jusqu’à concurrence de 10 000$).

Avec son programme Milieux de vie en Santé, Nature Québec travaille déjà avec les établissements de santé, les écoles, les municipalités et les citoyens pour verdir les espaces urbains et lutter contre les îlots de chaleur et la pollution atmosphérique. Cependant, c’est la première fois que l’organisme étend un appel de candidatures au secteur privé.

« Au centre-ville de Trois-Rivières, les commerces et services représentent environ 27 % de l’utilisation du sol. À Québec, c’est 16,5%. Si nous voulons adapter nos villes aux impacts des changements climatiques et freiner la perte de biodiversité, il faut mobiliser le secteur privé, au même titre que les autres milieux. C’est pourquoi nous lançons cette proposition », indique Cyril Frazao, directeur exécutif de Nature Québec.

 

Des espaces qui seraient accessibles à tous

Nature Québec définit ses Oasis Urbaines comme des places publiques aménagées pour créer ou mettre en valeur des espaces végétalisés et ombragés dans des quartiers autrement bétonnés et asphaltés. Leurs installations permettent également la tenue d’activités sociales diverses et incitent la collectivité à s’approprier les lieux.

Habituellement installées dans les espaces publics en collaboration avec les municipalités, Nature Québec estime néanmoins que ces Oasis ont leur place en milieu privé et qu’elles peuvent offrir des bénéfices pour les commerçants, tout en restant accessibles aux citoyens.

« L’aménagement d’un espace végétalisé accessible à tous à proximité d’un commerce ou d’un organisme est bénéfique pour ses travailleurs et sa clientèle, bien sûr... Mais avoir des dizaines de personnes qui passent du temps chaque jour à proximité de votre vitrine, c’est aussi une extraordinaire occasion de visibilité », rappelle M. Frazao.

L’organisme mise sur la volonté croissante des acteurs privés de s’impliquer dans les communautés où ils sont implantés. « C’est quelque chose que l’on observe dans la vingtaine de projets que l’on a réalisé à ce jour. Les commerces, les organismes et les entreprises locales cherchent à s’impliquer plus largement et ont un fort sentiment d’appartenance à leur quartier. Souvent, leur défi, c’est le temps et l’argent. C’est là qu’on veut intervenir avec À Vos Oasis », conclut M. Frazao.

Jusqu’au 31 mars pour participer

Les entreprises privées, regroupement d’entreprises, entreprises d’économie sociale, OBNL et organismes de bienfaisance sont invités à soumettre leur projet à Nature Québec avant le 31 mars 2020. Ceux qui sont locataires (et non propriétaires) des terrains peuvent soumettre un projet, mais avec l’accord du propriétaire des lieux visés.

Pour connaître les modalités de participation et avoir accès au formulaire de candidature, le tout est
accessible en ligne. Les projets sélectionnés seront contactés à la mi-avril.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.