Publicité

16 octobre 2021 - 08:00

Il s’adresse à toute la famille

Le conte virtuel « Saint-Jean-des-Bouettes » offert dans les bibliothèques

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Dans le cadre de la Semaine des bibliothèques publiques qui se déroule à partir d’aujourd’hui jusqu’au 23 octobre, l’Association des bibliothèques publiques de la Mauricie et du Centre-du-Québec présente le conte virtuel « Saint-Jean-des-Bouettes » de Marc-André Fortin.

Ce conte virtuel qui s’adresse à toute la famille sera d’une durée approximative d’une heure et il sera disponible entre le 16 et le 23 octobre pour tous les usagers des bibliothèques membres de l’Association des bibliothèques publiques de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

La vidéo du conte pourra être visionnée à toute heure et autant de fois que souhaité.

Conte de village : À Saint-Jean-des-Bouettes, régions de plaines et de misères, semer des roches et cueillir des ponts transforment le quotidien en grandiose.

À partir d’aujourd’hui, les usagers sont donc invités à surveiller le site Web de leur municipalité ou le portail de leur bibliothèque pour obtenir le lien de la vidéo.

En plus de rassembler les usagers et leurs bibliothèques autour d’une même activité, ce projet permettra de souligner collectivement la Semaine des bibliothèques publiques en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Finalement, rappelons que l'Association des bibliothèques publiques de la Mauricie et du Centre-du-Québec est constituée des bibliothèques publiques autonomes des deux régions (Bécancour, Drummondville, La Tuque, Louiseville, Nicolet, Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Plessisville, Shawinigan, Trois-Rivières, Victoriaville et Warwick) et des bibliothèques du Réseau BIBLIO du Centre-du-Québec, de Lanaudière et de la Mauricie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.