Publicité

27 mai 2021 - 10:00

Elle illustre le portrait des nouveaux arrivants dans la région du Centre-du-Québec

« Du bout du monde à ici », une nouvelle exposition au Musée des cultures du monde

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

À compter de vendredi, le Musée des cultures du monde présentera une nouvelle exposition intitulée « Du bout du monde à ici ».

Réalisée par la photographe Isabelle de Blois, cette exposition illustre le portrait des nouveaux arrivants dans la région du Centre-du-Québec.

Provenant des quatre coins du globe, ce sont plus d’une trentaine d’immigrants qui partagent leur vécu, leurs défis et leurs aspirations. En prenant leur portrait, l’artiste y transmet humainement l’expérience que ces personnes ont eue à surmonter et leurs contributions à la diversité et à la culture québécoise.

« Pour moi, cette exposition illustre parfaitement la nouvelle orientation du Musée des cultures du monde. Réalisé par une artiste de la région de Centre-du-Québec, c’est un projet à visage humain présentant la diversité culturelle du Québec qui permet de réfléchir et de défaire les préjugés. Nous sommes très fiers du résultat final et nous avons bien hâte d’avoir les réactions des visiteurs », explique le directeur du Musée des cultures du monde, Christian Marcotte.

Présentée jusqu’au 31 octobre, l’exposition « Du bout du monde à ici » est un projet culturel réalisé avec l’appui financier du Conseil des arts et des lettres du Québec, de l’Entente de développement culturel - MRC de l’Érable, de L’Érable Tourisme et Culture et Impact Emploi de l’Érable.

En plus de présenter cette nouvelle exposition, le Musée des cultures du monde présente aussi trois autres expositions lors de la saison estivale dont Colle, papier, ciseaux : Hommage à Claude Lafortune et Lumière sur les francs-maçons.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.