Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

500 jours sans accident

Des salaires plus élevés pour attirer des ouvriers chez Kongsberg Automotive

durée 10h32
28 avril 2022
Yves Therrien
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Yves Therrien, Journaliste

Deux bonnes nouvelles attendaient les employés de Kongsberg Automotive de Shawinigan hier matin : une hausse des salaires et 500 jours sans accident.

En entrevue, Jean-François Paquette, le directeur de l’usine Kongsberg Automotive raconte qu’il doit faire face à une pénurie de main-d’œuvre tout en déployant des efforts pour conserver le personnel à son emploi.

La direction et le syndicat ont convenu d’ouvrir la convention collective longtemps avant l’échéance du contrat de travail.

« Pour attirer de nouveaux employés, car nous voulons recruter le plus rapidement possible 50 journaliers, nous avons augmenté le salaire de base des ouvriers qui passe de 14,75 $ à 18 $ l’heure, précise M. Paquette. En même temps, on ajoute une prime de 2 $ l’heure pour les quarts de soir et 3 $ l’heure pour le quart de nuit. »

Pour retenir les employés en poste, les conditions salariales ont aussi été revus à la hausse, et les conditions de travail en collaboration avec le syndicat des Métallos.

La pandémie et la pénurie de main-d’œuvre créent une pression sur la capacité de production de la compagnie. « Ce ne sont pas les pièces qui manquent pour les chaines d’assemblage, mais les bras pour le travail », avance M. Paquette.

Pour faire face à la demande, comme fournisseur de pièces de véhicules sur route et hors route, l’entreprise ajoutera des quarts de fin de semaine de 36 heures de travail rémunéré pour 40 heures. La compagnie ajoute en plus des primes de référencement pour les employés actuels : 500 $ pour un employé à temps plein et 200 $ pour un étudiant ([email protected]).

« Ces nouveaux quarts de travail nous permettront d’élargir notre bassin de clients pour nos deux usines de Shawinigan », estime M. Paquette. D’ailleurs, il n’y a peu de conditions préalables pour l’emploi : pas de secondaire 5, pas d’examens médicaux (seulement la mention des limitations physiques), besoin de minutie pour plusieurs postes (pour assemblage de petits modules électroniques).

L’autre bonne nouvelle à célébrer touchait le nombre de jours sans accidents. Les 500 jours sans accident dans l’usine. Ce haut niveau de performance en santé et sécurité au travail a été rendu possible grâce aux efforts quotidiens en prévention et au processus rigoureux d’identification des presque accidents, indique la direction.

« Dans les faits, nous avons atteint 561 jours. Pour ne pas attirer la guigne au 499e jour, nous n’avions rien planifié à l’avance. Une fois l’objectif atteint, nous pouvions célébrer l’événement. Hier, nous avons installé une bannière, comme dans les arénas, pour nous rappeler nos bons coups. Et le maire de Shawinigan, Michel Angers, est venu prendre le lunch avec le comité de santé et  sécurité et saluer les employés de l’usine », a conclu M. Paquette.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 novembre 2022

Après neuf mois, Hydro-Québec a déjà dépassé le bénéfice record de 2021

Il n’y a pas que les pétrolières qui bénéficient de la flambée mondiale des prix de l’énergie; les Québécois y trouvent aussi indirectement leur compte par le biais d’Hydro-Québec. Les résultats du troisième trimestre de la société d’État font état d’un bond spectaculaire du bénéfice net d’Hydro, qui atteint 3,604 milliards $ depuis le début de ...

5 novembre 2022

Avis d'action collective

AVIS D’ACTION COLLECTIVE Sophie Dupuis c. Comité paritaire de l'entretien d'édifices publics de la région de Montréal Cour supérieure : 500-06-001150-214 Versement des contributions des employeurs de l’industrie de l’entretien d'édifices publics de la région de Montréal au REER collectif du CPEEP Le 11 août 2022, la Cour supérieure ...

4 novembre 2022

Le taux de chômage d'octobre était de 4,1 % au Québec

L’emploi a augmenté de 108 000 en octobre au Canada et le taux de chômage s’est maintenu à 5,2 %. Statistique Canada précise que l’emploi a progressé dans le travail à temps plein, principalement dans la fabrication, dans la construction ainsi que dans les services d’hébergement et de restauration. Il a reculé dans le commerce de gros et de ...