Publicité

1 décembre 2021 - 08:30

En raison de la pénurie de main-d’œuvre

Sprint Emploi cesse ses activités après 36 ans de service à Trois-Rivières

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Sprint Emploi, un centre-conseil en emploi qui œuvre dans le domaine de l’insertion socioprofessionnelle depuis 1985, met fin à ses opérations en raison du contexte socioéconomique actuel caractérisé par la pénurie de main-d’œuvre.

L’organisme trifluvien avait été fondé par des gens du milieu dans une période durant laquelle les emplois étaient rarissimes.

Les chercheurs d’emploi devaient se démarquer pour décrocher un poste. Sprint Emploi se faisait donc un devoir d’accompagner sa clientèle à faire son entrée sur le marché du travail.

Le manque de main-d’œuvre multisectoriel a pour effet de réduire considérablement les demandes d’aide de la clientèle.

Les employeurs, de leur côté, ont de la difficulté à combler leurs besoins en matière de personnel.

« La baisse des demandes de services et les difficultés à recruter des employés qualifiés ont été au cœur de nos réflexions quant à la pérennité de la corporation », déclare la directrice générale de Sprint Emploi, Danie Guillemette.

Étant pleinement consciente que cette tendance est loin d’être terminée, la présidente du conseil d’administration de Sprint Emploi, Laurie Massicotte, affirme: « Notre conseil d’administration a exploré toutes les options qui s’offraient à nous, mais nous en sommes venus à la conclusion que la cessation des activités était la plus raisonnable. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.