Publicité

25 novembre 2021 - 15:00

10 % des ventes serviront à la création d’une bourse

La 155, une bière brassée et commercialisée par des étudiants de l'UQTR

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La toute nouvelle bière de session de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), La 155, a été lancée hier à la Chasse-Galerie.

Brassée, conçue et commercialisée par cinq étudiants de l’UQTR, cette bière est le fruit du travail de Charles-Étienne Beaulieu (psychologie), Édith Charbonneau Roy (sciences comptables), Mathieu Ducharme (génie industriel), Maxime Grenier (sciences de l’éducation) et de Thierry Lafontaine (génie industriel) qui est derrière la conception de l’étiquette.

Grâce à un partenariat avec la Fondation de l’UQTR, 10 % des ventes de la bière de session serviront à la création d’une bourse destinée aux projets entrepreneuriaux des étudiantes et étudiants sélectionnés par le CEI-Desjardins.

La bière est offerte à la Chasse-Galerie de l’UQTR, à la microbrasserie Le Temps d’une Pinte, ainsi que sur les étagères des divers magasins, épiceries et dépanneurs participants de la région.

La 155 est une bière de type Cold IPA, claire et dorée avec des arômes d’agrumes, de fruits tropicaux et floraux. C’est une bière rafraîchissante, bien houblonnée, mais surtout bien balancée entre l’amertume et l’aromatique.

Contrairement à une IPA traditionnelle, la nouvelle bière de l’UQTR a fermenté à partir d’une levure Lager, ce qui lui offre un côté épicé et une rondeur en bouche.

Inspiration

Pour développer leur produit, les étudiants se sont inspirés de l’une des plus belles routes du Québec. Avec ses vues panoramiques à couper le souffle, la route 155 est définitivement un joyau local.

Longeant la rivière Saint-Maurice, elle offre à tous un contact privilégié avec la nature et avec la beauté du territoire régional. Sur l’étiquette de La 155, on retrouve des montagnes et une route sillonnant des arbres qui rappellent ce décor sans pareil.

« Encourager local, c’est démontrer la fierté que l'on porte envers notre belle province. C’est pourquoi il était important pour nous de faire valoir un des nombreux endroits magnifiques du Québec, la route 155 », soutient Charles-Étienne Beaulieu, étudiant impliqué dans le projet.

Un projet formateur

Initié par la microbrasserie Le Temps d’une Pinte et le Carrefour d'entrepreneuriat et d'innovation Desjardins de l’UQTR (CEI-Desjardins), le projet de la bière de session permet de faire vivre une expérience immersive dans une coopérative brassicole en participant au choix de la recette en fonction du marché cible, à la création du nom et du concept, ainsi qu’à la commercialisation.

« C’est un projet qui nous tient à cœur par ses aspects créatifs, formateurs et rassembleurs, tout en combinant les forces et compétences de chacun », mentionne Chanie Perreault, coordonnatrice du CEI-Desjardins.

« Notre coopérative est ravie de collaborer avec des étudiants de l’UQTR et de leur offrir l’opportunité de découvrir le milieu brassicole. Encore une fois cette session, des idées surprenantes ont surgi et nous sommes arrivés à un résultat tout à fait unique », ajoute Mathieu Martin, directeur communication et marketing à la microbrasserie Le Temps d’une Pinte.

« La bière de session est un projet formidable. Pour les étudiants intéressés ou passionnés par l’univers brassicole, c’est un projet à ne pas manquer. Accompagné par une équipe dynamique et professionnelle, le projet est formateur, intéressant et surtout très amusant », explique Maxime Grenier, un des étudiants membres du projet qui en est à sa 6e édition.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.