Publicité

7 octobre 2021 - 15:00

Il y aura des bris de service selon le syndicat

Vaccination obligatoire dans le réseau de la santé : l’APTS MCQ s’inquiète

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (APTS MCQ), qui compte plus de 5,000 membres, s’inquiète de l’absence de réponses du CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec et du ministère de la Santé et des Services sociaux pour les bris de service à prévoir après le 15 octobre.

Rappelons que c’est à cette date que le décret sur la vaccination obligatoire déposé le 1er octobre entrera en vigueur.

« Le gouvernement va de l’avant sans plan pour éviter les bris de service, ce qui est à l’encontre du principe du moindre mal. Les membres de l’APTS sont des techniciennes et professionnelles de la santé et des services sociaux. Leur expertise et leurs compétences ne peuvent pas se trouver sur le coin d’une rue ou être interchangées par l’arrivée miraculeuse d’infirmières ou d’agentes administratives annoncées par le premier ministre. Le CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec entrera inévitablement en bris de services dans plusieurs secteurs si rien ne change. Un exemple, l’équipe 13-18 ans de la protection de la jeunesse du secteur de Drummondville verra cinq (5) employés quittés parce qu’ils n’ont pas fourni de preuve vaccinale. Cette situation est d’autant plus critique puisque sept (7) personnes salariées sont actuellement en assurance salaire. En tout, ce seront douze (12) personnes qui manqueront à l’appel dans une équipe qui en compte dix-sept (17). Tous les enfants vulnérables qui reçoivent une aide importante de la part de ces douze (12) salariés retomberont sur les épaules des cinq (5) qui restent », explique Véronique Neth, présidente de l’APTS pour la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Extrêmement préoccupant

« C’est extrêmement préoccupant pour les familles et on craint qu’il soit encore plus difficile d’assurer la sécurité des enfants les plus vulnérables de notre société, qui sont au cœur de la mission des centres jeunesse. L’ensemble de la mission centre jeunesse est en grande pénurie de main-d’œuvre depuis des années, il sera extrêmement difficile pour l’employeur de faire des mouvements de personnel sans risquer de mettre d’autres équipes en bris de service. Depuis mars 2020, les intervenants apportent leur aide auprès des familles de ces enfants sans causer d’éclosion, et ce, grâce aux moyens de protection individuels nécessaires. Tout à coup, ces mesures ne seront plus suffisantes le 15 octobre. Est-ce que le risque de contagion justifie vraiment la privation de suivi des enfants qui sont dans une situation précaire? », se demande Manon Hamel, directrice syndicale APTS MCQ représentant les centres jeunesse.

Selon le syndicat, le gouvernement Legault devra être tenu responsable des nombreux bris de services et les drames potentiels qui y seront associés.

« À moins de 10 jours de cet ultimatum, sans plan de contingence connu, un constat est clair : le gouvernement est mal préparé. Il se doit de repousser cette date pour assurer la santé et la sécurité des Québécois », a déclaré Robert Comeau, président par intérim de l’APTS.

L’APTS continue d’encourager la vaccination, mais dénonce l’obligation vaccinale et se demande si le gouvernement évalue vraiment si cette solution est vraiment celle qui causera le moindre mal.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.