Publicité

22 septembre 2021 - 13:12 | Mis à jour : 13:30

C’est 357 signalements de plus

9 531 signalements traités par la DPJ de la région en 2019-2020

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

9 531 signalements ont été traités par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) en Mauricie-Centre-du-Québec en 2019-2020, révèle le bilan déposé aujourd’hui.

Contrairement aux données provinciales qui ont connu une très légère diminution comparativement à l’exercice, le nombre de signalements traités au cours de la dernière année a été en hausse dans la région avec 357 signalements de plus.

Le nombre de signalements retenus est en hausse de 2,7 % comparativement à l’exercice 2019-2020 pour un total de 44 728. Le taux provincial de rétention des signalements est de 37,9 %.

L’an dernier il était de 36,8 % et en 2018-2019 de 39,3 %.

En Mauricie-Centre-du-Québec, ce taux est de 39,1 % pour la dernière année alors qu’il était de 39,2 % l’année précédente et de 42 % en 2018-2019.

Les signalements proviennent toujours en majorité des employés d’organismes publics (Qc : 33% - MCQ : 36,2 %). Les proportions n’ont presque pas bougé par rapport aux années précédentes.

Le principal milieu de vie des enfants pris en charge par la DPJ est toujours le milieu familial (Qc : 55,4% - MCQ : 53,8 %).

La proportion d’enfants demeurant avec une personne significative est quant à elle de 13 % pour la province et de 15 % dans la région.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.