Publicité

21 septembre 2021 - 14:08

La nouvelle convention collective prévoit des augmentations salariales de 9,5 % sur 5 ans

La Tuque s’entend avec ses employés syndiqués

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les employés syndiqués de Ville de La Tuque ont accepté dans une proportion de 90 % l’entente de principe qui a été conclue par leur comité syndical de négociation avec l’employeur en juillet dernier après quelques rencontres de médiation.

Le vote des employés municipaux syndiqués a eu lieu le mardi 14 septembre dernier en soirée.

Les deux parties se sont entendues et signeront bientôt une nouvelle convention collective d’une durée de 5 ans couvrant la période du 1er juillet 2019 au 30 juin 2024.

Cette nouvelle convention collective prévoit des augmentations salariales totalisant 9,5 % sur 5 ans réparties de la façon suivante : 1 % au 1er juillet 2019, 1,5 % au 1er juillet 2020, 2,25 % au 1er juillet 2021, 2,25 % au 1er juillet 2022 et 2,5 % au 1er juillet 2023.

La nouvelle convention collective prévoit également d’éliminer certains travaux de sous-traitance. Elle inclut aussi des emplois qui seront rendus moins précaires de façon plus permanente.

« Les parties sont très satisfaites de cette négociation. Je tiens à souligner le côté raisonnable, l’effort et la compréhension dont on fait preuve les employés dans cette entente qui reflète la capacité financière limitée de la municipalité en 2019 et 2020, souligne le maire Pierre-David Tremblay. Je remercie les deux comités de négociation qui ont fait preuve d’une belle maturité collective pour en venir à cette entente. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.