Publicité

13 juillet 2021 - 15:00

Modernisation du Centre intégré de gestion de la circulation de Trois-Rivières

Par Catherine Deveault

Le ministre des Transports, M. François Bonnardel, et le ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet annoncent que le Centre intégré de gestion de la circulation (CIGC) situé à Trois-Rivières a fait l’objet d’une modernisation complète au cours des derniers mois.

Ce projet s’inscrit dans la nécessité de soutenir le rôle important des CIGC dans la gestion efficace du réseau routier, tant pour la prévention que l’intervention, dans le but d’assurer la sécurité des usagers. Le projet de modernisation comprenait plusieurs volets, soit le remplacement d’équipements vidéo, les mises à niveau logicielles et filaires nécessaires aux nouveaux équipements ainsi que la réorganisation de l’environnement physique.

Le CIGC de Trois-Rivières a également été agrandi pour accueillir trois postes supplémentaires. Ces améliorations lui permettront de s’adapter à l’augmentation des besoins en termes de gestion de la circulation du territoire de la Mauricie–Centre-du-Québec, et lui ont déjà permis de prendre en charge la surveillance du réseau de la région de l’Estrie, et ce, depuis le 3 mai dernier.

« Le rôle des CIGC est crucial pour le Ministère. Le besoin d’en assurer l’évolution technologique est plus que jamais pertinent. Avec la modernisation des installations de Trois-Rivières, votre gouvernement investit dans la prévention et, surtout, dans la sécurité des usagers de la route. Ce projet permettra de collaborer plus étroitement avec tous nos partenaires dans la gestion des divers événements et d’offrir un soutien aux usagers encore plus grand par une meilleure surveillance et une gestion plus efficace du réseau », affirme François Bonnardel, ministre des Transports.

« Les employés des CIGC sont des travailleurs de l’ombre qui assurent quotidiennement la sécurité des milliers d’usagers sur nos routes. La modernisation du Centre de Trois-Rivières représente une action concrète qui bénéficiera à la population. Cet investissement est une excellente nouvelle pour les régions de la Mauricie, du Centre-du-Québec et, plus récemment, de l’Estrie », affirme Jean Boulet, ministre responsable de la région de la Mauricie.

Rôle du CIGC

Le CIGC de Trois-Rivières, comme ceux de Montréal, de Québec et de Gatineau, est en activité 24 heures par jour, 365 jours par année. Sa mission consiste à assurer la surveillance du réseau routier du Ministère, à informer les services d’urgence pour la prise en charge des événements et à soutenir les opérations. Les CIGC contribuent positivement à la gestion de la circulation en permettant de réduire les effets de la congestion attribuable aux accidents et aux incidents pour ainsi améliorer la sécurité sur le réseau routier.

Les préposés œuvrant dans les CIGC sont appelés à intervenir dans de nombreuses situations. Ils posent des gestes concrets, notamment en informant en temps réel les partenaires requis et en diffusant l’information sur les différentes plates-formes de Québec 511.

Faits saillants

  • La modernisation du CIGC de Trois-Rivières représente un investissement de 750 000 $.
  • Trente-trois caméras présentes sur le réseau de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont été remplacées, en plus de la mise à niveau du réseau filaire.
  • Le mur vidéo, utilisé pour assurer une vigie en continu du réseau routier, a été complètement remplacé et agrandi.
  • Une mise à jour technologique facilite la prise en charge des différentes applications utilisées par les préposés.
  • L’ensemble des installations physiques du CIGC ont été rénovées afin d’accueillir les équipements et de permettre la mise en place de nouveaux postes informatiques.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.