Publicité

18 février 2021 - 10:00

Une conférence gratuite pour réaliser un potager patrimonial

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le vendredi 26 février prochain à 19 h 30, le Vieux presbytère de Batiscan offrira la deuxième activité de sa nouvelle programmation en ligne des soirées Au coin du feu, qui sera consacrée au thème du potager patrimonial.

Pour l’occasion, Émilie Roy-Element, qui se consacre depuis plusieurs années au domaine de l’histoire gastronomique, partagera avec le public quelques informations précieuses permettant de planifier la réalisation d’un potager domestique, de l’étape de la recherche de semences à la découverte de variétés anciennes dans diverses sources documentaires.

La culture de ce qu’on a nommé « les trois sœurs », celle des petits pois St-Hubert ou encore celle du tabac seront autant de sujets abordés lors de cette conférence.

Avec le retour en force de l’agriculture de subsistance et l’essor des pratiques écoresponsables, le Vieux presbytère a voulu partager avec le public l’expertise que son équipe a acquise au cours des dernières années.

Depuis 2015, le Vieux presbytère entretient un potager composé de variétés patrimoniales, représentant toutes les époques de l’histoire du site.

Les personnes intéressées trouveront le lien de connexion donnant accès à la plateforme Zoom sur la page Facebook du Vieux presbytère (facebook.com/vieuxpresbyterebatiscan) ou sur son site Web (www.presbytere-batiscan.com).

L’accès à cette activité est tout à fait gratuit et aucune inscription préalable n’est requise.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.