Publicité

21 décembre 2020 - 15:00

L’organisme vient de faire le bilan de sa campagne

Moisson Mauricie / Centre-du-Québec distribuera 300 paniers de Noël

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Moisson Mauricie / Centre-du-Québec finalise actuellement tout près de 300 paniers de Noël qui seront distribués dans les prochains jours pour aider les personnes en situation de vulnérabilité.

L’organisme souligne, dans un communiqué, que la population a répondu à l’appel de générosité et de solidarité.

Jean Pellerin, président du conseil d’administration de Moisson mentionne fièrement : « Nous sommes très touchés par le soutien de la population! En effet, plus de 60 000 $ ont été amassés jusqu’à maintenant dans le cadre des campagnes de levée de fonds de Moisson. Les besoins sont grands et il est primordial pour nous d’être présents pour celles et ceux ont besoin. Il est encore temps de faire un don en ligne : www.moisson-mcdq.org/faites-undon. Tous les dons sont importants, chaque 10 $ de don nous permet de distribuer une valeur de 224 $ de nourriture. »

En plus de s’impliquer comme bénévole dans la préparation des paniers, Cindy Gilbert, une kinésiologue qui donne des cours au Centre Loisir Multi-plus, a tenu à faire bouger les bénévoles dont Jean Pellerin et l’équipe de la députée fédérale de Trois-Rivières, Louise Charbonneau.

Moisson tient aussi à souligner le beau partenariat avec la Société St-Vincent-de-Paul de Trois-Rivières.

Rappelons que Moisson Mauricie / Centre-du-Québec travaille depuis plus de 30 ans pour récupérer, trier et distribuer équitablement la nourriture.

Moisson, c’est 3,2 millions de kilos de denrées récupérés par année, 73 organismes membres, ainsi que 405 personnes soutenues dans leur intégration sociale et à l’emploi pour développer leur savoir-être et leur savoir-faire.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.