Publicité

11 décembre 2020 - 10:00

La formation offerte par le cégep sera arrimée aux besoins actuels

Un nouveau programme pour former des techniciens en automatisation et contrôle à Trois-Rivières

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le Cégep de Trois-Rivières a dévoilé hier le nouveau programme de Technologie du génie électrique – automatisation et contrôle qu’il offrira pour répondre aux besoins exprimés par le milieu du travail.

Le cégep devient un des premiers établissements collégiaux de la province à proposer cette formation de trois ans, qui remplacera le parcours actuellement offert en Technologie de l’électronique industrielle dès la session automne 2021.

Pour le cégep, l’arrivée de ce programme était incontournable afin de permettre aux futurs technologues en génie électrique d’acquérir des connaissances essentielles à leur spécialisation et expérimenter des outils à la fine pointe de la technologie.

À ce propos, un laboratoire de robotique dernier cri a été aménagé pour concrétiser les apprentissages des étudiants.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires depuis plusieurs années afin de nous coller à la réalité des entreprises. Nous sommes fiers de pouvoir annoncer l’aboutissement de tous ces efforts et ainsi permettre à nos futurs étudiants d’avoir une formation de haute qualité axée sur la pratique dans des domaines variés comme les automatismes, l’instrumentation et la robotique. Au terme de leur parcours chez nous, nos finissants auront acquis de multiples compétences leur permettant d’assurer tout le leadership nécessaire dans leur milieu de travail », souligne Nathalie Cauchon, directrice des études et de la vie étudiante au Cégep de Trois-Rivières.

Révolution industrielle

« De nos jours, avec la maîtrise des technologies de l’information, de la robotique et de la réseautique, nous assistons à une véritable révolution industrielle. Les nouvelles technologies permettent une automatisation intelligente de nos usines : il s’agit de l’ère de l’industrie 4.0. Avec ce nouveau programme, élaboré par notre équipe et des investissements majeurs en équipements, particulièrement en robotique, nous formerons des techniciens en automatisation et contrôle de hauts niveaux qui mettront la main à la pâte aux efforts des entreprises de la région », ajoute Sylvain Carignan, coordonnateur du département de Génie électrique.

Signe que le nouveau programme répond aux besoins actuels et qu’il est soucieux de l’apprentissage des étudiants, l’alternance travail études sera offerte dès la première année de la formation. Les étudiants seront ainsi plongés au cœur des activités industrielles en réalisant des stages rémunérés en industrie.

Appuyé par le milieu

Du côté de l’entreprise Neksys-Excelpro, ce nouveau programme est accueilli avec beaucoup d’engouement.

« Nous sommes partenaires avec le département de Génie électrique depuis plusieurs années. Pour notre division d’automation, cette formation viendra renforcer les connaissances de nos futurs techniciens en automatisation et contrôle », se réjouit Audrey Diamond, directrice des ressources humaines chez Neksys-Excelpro.

Le son de cloche est le même pour Josianne Ippersiel, coordonnatrice communications chez Premier Tech.

« Étant continuellement à la recherche des meilleurs talents, Premier Tech salue avec enthousiasme le nouveau programme d’automatisation et contrôle du Cégep de Trois-Rivières. Son laboratoire d’enseignement de la robotique permettra d’assurer une parfaite adéquation entre la formation et les besoins réels de l’industrie », conclut-elle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.