Publicité

10 décembre 2020 - 13:30

Les policiers participent à une opération provinciale

Surveillance accrue des commerces : la police de Trois-Rivières passe à l’action

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Direction de la police de Trois-Rivières avise la population que les commerces feront l’objet d’une surveillance particulière à partir d'aujourd'hui afin de s’assurer du respect des nouvelles mesures annoncées dans le décret gouvernemental du 3 décembre dernier.

À l’approche de la période des Fêtes, un achalandage accru est anticipé dans plusieurs boutiques des centres commerciaux ainsi que les magasins de grandes surfaces.

À la demande du ministère de la Sécurité publique, les policiers de Trois-Rivières se joindront donc à leurs collègues afin de participer à l’opération provinciale « CADRES » Contrôle de l’achalandage, de la distanciation et des rassemblements – Efforts soutenus.

Cette opération vise essentiellement à contrôler l’application des mesures suivantes:

• Achalandage maximal intérieur fixé à un client par 20 mètres carrés;

• Affichage du nombre maximal de clients à l’intérieur des lieux;

• Prendre les mesures pour assurer le contrôle de l’achalandage maximal;

• Prendre les mesures pour assurer le respect de la distanciation physique et du port du couvre-visage dans l’établissement et dans toute file d’attente.

La Direction de la police de Trois-Rivières affectera des ressources dédiées spécifiquement à la participation de cette opération.

Les surveillances débutent ce jeudi et se poursuivront selon un horaire établi, jusqu’au 27 décembre.

Les policiers procéderont à l’application de la réglementation lorsqu’une infraction en lien avec les mesures de Santé publique sera constatée.

La Direction de la police de Trois-Rivières sollicite l’appui de la population dans le respect des mesures sanitaires, afin que chacun contribue positivement à ralentir la progression du virus de la COVID-19, notamment en évitant les rassemblements interdits.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.