Publicité

9 novembre 2020 - 10:30

Il sera élargi à l'ensemble du personnel

Usine d'Olymel à Princeville : un dépistage massif débutera ce mardi

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La direction d'Olymel, de concert avec la direction de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), annonce qu'un dépistage massif sera effectué à partir de demain auprès de tout le personnel qui n'a pas encore été testé lors des deux précédents dépistages.

En élargissant ainsi le dépistage qui visait dans un premier temps le secteur de la coupe, la santé publique du CIUSSS MCQ et la direction d'Olymel espèrent contrôler l'éclosion en cours à cette usine.

À ce jour, 95 employés de l'usine d'abattage et de découpe de porcs de Princeville, dans le Centre-du-Québec, ont été déclarés positifs à la Covid-19.

Rappelons qu'Olymel continue également de travailler avec ses divers partenaires au sein de cet établissement pour contrer la propagation du coronavirus.

Conformément aux recommandations de la santé publique, Olymel a bonifié les mesures sanitaires qui étaient en vigueur depuis le début de la pandémie afin de favoriser la déclaration des symptômes, éliminer les croisements et les attroupements et finalement, informer et offrir des services pour diminuer les risques associés au covoiturage.

Comme dans tous ses établissements, l'entreprise compte sur la coopération de chacun de ses employés pour se plier avec rigueur à toutes les mesures sanitaires en application dans l'usine, notamment la déclaration des symptômes, le port du masque, la distanciation de 2 mètres, ainsi que le lavage des mains.

Mentionnons enfin que compte tenu des évènements en cours à l'usine de transformation de porc de Princeville, les opérations de cet établissement tournent au ralenti.

La direction d'Olymel reste en communication permanente avec Les Éleveurs de porcs du Québec afin de les tenir informés de l'évolution de la situation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.