Publicité

6 novembre 2020 - 08:30

Une femme de 28 ans a été arrêtée et d’autres arrestations pourraient suivre

33 plants de cannabis saisis dans un garage à Saint-Étienne-des-Grès

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les policiers du poste auxiliaire de la MRC Maskinongé, avec la collaboration de la Division des enquêtes sur le crime organisé Mauricie de la Sûreté du Québec, ont procédé à une arrestation et une perquisition en matière de stupéfiants hier à Saint-Étienne-des-Grès.

33 plants de cannabis ont été saisis dans un garage détaché d’une résidence privée qui est située sur la rue Rolland.

Une femme de 28 ans a été arrêtée sur place.

Cette dernière a par la suite été libérée par sommation. Elle pourrait faire face à des accusations relatives à de la possession et de la production de cannabis.

D’autres arrestations pourraient suivre dans ce dossier.

La SQ souligne que c’est grâce à de l’information reçue du public que cette enquête a débutée.

L’opération a été effectuée en cohérence avec la Stratégie provinciale de lutte au crime organisé ainsi qu’avec le programme ACCES-Cannabis, qui a pour mission de diminuer l’accessibilité du cannabis illicite sur le marché québécois, notamment chez les jeunes, et à diminuer la concurrence déloyale des producteurs et trafiquants illégaux faite à la SQDC.

La Sûreté du Québec rappelle que toute information relative au trafic ou à la production de stupéfiants peut être communiquée en tout temps et en toute confidentialité à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.