Publicité
4 septembre 2019 - 11:30

Par la ministre responsable des aînés et des proches aidants, Marguerite Blais

La Ville de Nicolet nommée récemment « Municipalité amie des aînés »

Par Salle des nouvelles

La Ville de Nicolet a été nommée récemment « Municipalité amie des aînés » par la ministre responsable des aînés et des proches aidants, Marguerite Blais. Cette démarche a été entamée à l’automne 2017. Pour ce faire, la Ville avait constitué un comité formé de différents organismes, de représentants de la santé et de la municipalité chapeauté par le conseiller municipal du siège no 5, Michel Paradis. 

Une politique a adopté plus tôt cette année et celle-ci est maintenant disponible sur le site Internet de la Ville au nicolet.ca.

« Avec le projet MADA, il était important pour le conseil municipal d’offrir une place de choix à nos citoyens aînés. Soucieuse de cerner la réalité et les besoins de cette catégorie, cette politique se veut un cadre de référence pour guider les actions et projets à venir », a souligné la mairesse, Geneviève Dubois.

« J’en profite pour remercier tous ceux qui se sont impliqués depuis deux ans dans cette démarche notamment les membres du comité de pilotage. Le dépôt de cette politique n’est pas la fin de quelque chose mais plutôt son commencement » a renchéri le conseiller municipal, Michel Paradis. Un plan d’action est justement rattaché à la politique et un comité de suivi s’assurera que les actions soient réalisées. 

Rappelons que depuis 2009, le ministère de la Famille et des aînés a instauré le programme Municipalité amie des aînés, conçu pour appuyer les municipalités et les MRC désirant faire un pas de plus pour favoriser le vieillissement actif. Nicolet a donc reçu une subvention de la part du ministère afin de mener à bien ce programme. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.