Publicité
13 juillet 2019 - 11:30

Dre Stéphanie Germain prend la relève de l’entreprise

La Clinique chiropratique Bellerive de Shawinigan change de mains

Par Salle des nouvelles

La relève de la Clinique chiropratique Bellerive est maintenant assurée grâce à Dre Stéphanie Germain, chiropraticienne, qui œuvre au sein de l’entreprise depuis plus de trois ans. La clinique, une entreprise familiale, appartenait depuis plusieurs années à Dr Claude Bellerive, chiropraticien, qui a officiellement pris sa retraite en avril dernier, après 40 ans de pratique. 

« Après 40 ans, je cesse mes activités professionnelles en tant que chiropraticien. C’est avec confiance que je confie mes dossiers patients au soin de Dre Germain. Je vous remercie de la confiance que vous m’avez accordée au cours de ces années », a exprimé Dr Bellerive avec émotions. 

Pour Dre Germain, il était tout naturel de prendre les rênes de l’endroit.

« Je suis dans un processus de relève de l’entreprise avec Dr Bellerive depuis deux ans et l’annonce d’aujourd’hui vient vraiment concrétiser le souhait que nous avions. Je le remercie d’ailleurs pour la confiance qu’il me porte et je suis très emballée à l’idée de poursuivre la mission de la clinique », a mentionné Dre Stéphanie Germain, chiropraticienne. 

Cette dernière, diplômée du département de chiropratique de l’Université du Québec à Trois- Rivières (UQTR) en 2014, développe actuellement de nouvelles compétences en neurologie fonctionnelle. Par ailleurs, l’un des objectifs de Dre Germain est de développer davantage le volet du traitement des problèmes neurologiques autant développementaux, dégénératifs que traumatiques, incluant les commotions cérébrales.

Soulignons qu’en plus de la chiropraticienne, la clinique accueille également d’autres bureaux de professionnels en santé, soit madame Virginie Côté, acupunctrice, et madame Michèle Brabant, massothérapeute. La clinique cherche d’ailleurs à combler un 2e poste de massothérapeute. La Clinique chiropratique Bellerive compte également deux assistantes. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.