Publicité
15 février 2019 - 14:50 | Mis à jour : 15:10

Le défi 28 jours sans alcool : 60% de l’objectif atteint pour la Mauricie

Par Salle des nouvelles

Après 2 semaines de sobriété, il est facile de remarquer que les Québécois et les entreprises québécoises sont plus que jamais sous l’effet du 28 jours sans alcool : promotion sur les bières sans alcool, 28 jours de défi santé ou encore un parcours de mocktails dans les bars! 

Bien que socialement parlant, il est de plus en plus acceptable de ne pas boire, l'objectif demeure le même : amasser des fonds pour donner des ateliers de prévention sur les toxicomanies auprès des jeunes du secondaire partout au Québec. L'objectif de 500 000 $ est à portée de mains, mais il est important de mettre les bouchées doubles au courant des prochains jours pour y arriver. 

En date du 14 février, c'est plus de 330 000 $ qui a déjà été amassé, alors que près de 5 500 participants relèvent le défi avec brio et comptant plus de 3 500 parrains. Cependant, plusieurs entreprises et Québécois font leur 28 jours sans alcool sans donner à la cause, ce qui est un enjeu important pour la Fondation Jean Lapointe puisque pour répondre à la demande grandissante des écoles, il est nécessaire d'amasser le demi-million de dollars. 

Mauricie 
 
Afin d’illustrer ce que cela représente pour la Mauricie, voici quelques chiffres : 
Il y a 2 336 jeunes de la Mauricie qui souhaitent recevoir les ateliers de prévention sur les dépendances de la Fondation Jean Lapointe. Pour y arriver, il faut atteindre un montant de 10 000$. Actuellement, la Mauricie a obtenu 60%, soit 5 986$. 
 
Il faut redoubler d’ardeur pour atteindre les objectifs de la Fondation Jean Lapointe, pour que chaque jeune du Québec pourra assister à un atelier de prévention sur les dépendances. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.