Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 mai 2018 - 10:52 | Mis à jour : 10:55

Les gouvernements appuient un meilleur service de transport en commun pour les résidents de Trois-Rivières

Les gouvernements du Canada et du Québec reconnaissent qu’investir dans les infrastructures de transport en commun est fondamental pour la croissance économique, la réduction de la pollution atmosphérique et la création de collectivités inclusives où chacun a accès aux services publics et à des possibilités d'emploi.

Le ministre du Commerce international et député fédéral de Saint-Maurice‒Champlain, l’honorable François-Philippe Champagne et le député de Trois-Rivières, M. Jean-Denis Girard, ont annoncé aujourd’hui un investissement de près de 10,4 millions de dollars pour la réalisation de 19 projets de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR), somme provenant du Fonds pour l’infrastructure de transport en commun. Le gouvernement du Canada investira près de 5,8 millions de dollars dans ces projets et le gouvernement du Québec accordera une aide financière de plus de 4,6 millions de dollars. La STTR complétera le financement.

Parmi les projets qui bénéficieront de cette contribution, on compte notamment l’acquisition d’autobus hybrides et urbains, de midibus qui faciliteront la circulation dans le centre-ville, ainsi que de minibus pour le transport adapté afin de renouveler le parc de véhicules.

La STTR pourra également aménager plusieurs débarcadères avec abribus afin de desservir le cégep, le centre hospitalier de Trois-Rivières, le collège Laflèche et l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Une fois terminés, ces travaux rendront le système de transport en commun de Trois-Rivières plus fiable, efficace et inclusif, répondant ainsi aux besoins immédiats de la communauté tout en prévoyant une augmentation future de l’achalandage.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.