Publicité

17 octobre 2020 - 06:00

Malgré des finances en berne

La marche virtuelle d'Épilepsie Mauricie Centre-du-Québec: en route vers la sensibilisation

Par Salle des nouvelles

Épilepsie Mauricie Centre-du-Québec a tenu du 28 septembre au 9 octobre La Marche Virtuelle pour l’Épilepsie 2020. L’activité a suscité un certain enthousiasme parmi la population de Trois-Rivières.

Un des objectifs de l’activité était de sensibiliser les employeurs à la présence d’épileptiques parmi leur personnel. C’est mission accomplie, car parmi les entreprises qui ont participé à l’événement, plusieurs ont accepté de recevoir les représentants d’Épilepsie Mauricie/Centre-du-Québec pour une courte présentation des premiers soins à effectuer sur une personne en crise d’épilepsie.

Ces rencontres de groupe se dérouleront dès janvier 2021 si la situation sanitaire le permet bien entendu.

2 000 $ reçus de la part des citoyens

Les objectifs financiers de La Marche Virtuelle pour l’Épilepsie 2020 n’ont toutefois pas été atteints. La crise sanitaire a frappé de plein fouet plusieurs entreprises de Trois-Rivières, sans parler des restaurants et des bars qui ont été marqués profondément par des pertes de revenus sans précédent,et  tout le secteur du tourisme et de la culture, qui n’a pas été en mesure d'appuyer la collecte de fonds.

« Nous les comprenons et sommes solidaires avec tous ces entrepreneurs qui font de Trois-Rivières un milieu qui se distingue par une offre de service différente des autres villes du Québec. Malgré tout, les citoyens ont participé à la hauteur de leurs moyens et l’organisme engrange donc la somme de 2000 $ qui servira à la création et à l’impression de son nouveau dépliant qui sera distribué dans les salles d’attente des cliniques médicales de la région et dans les pharmacies de la ville », a indiqué l'organisation dans un communiqué.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.