Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 février 2018 - 14:32

3 raisons de vermifuger son animal de compagnie

Article commandité

Les animaux de compagnies, chiens ou chats, sont porteurs de vers qui se logent dans l’organisme : les nématodes dans le tube digestif, les cestodes dans la paroi intestinale. En fait, nos compagnons avalent les œufs ou les larves sur le sol, dans les matières fécales principalement, mais aussi la salive. Non visibles à l’œil nu, les vers constituent des problèmes pour la santé de l’animal, mais aussi pour l’homme. Bien que les vétérinaires nous recommandent de les vermifuger chaque saison, mais nous ne le faisons pas forcément. Voici 3 raisons de nous y plier.

  1. Lutter contre le vol de nutriments

La présence de vers est synonyme de perte de nutriments dont ils se nourrissent. Résultat, le chien ou le chat perd de sa vitalité, ses selles deviennent molles, il maigrit. Sans traitement, les vers peuvent migrer vers le cœur et causer la mortalité.

Le meilleur moyen de savoir si votre compagnon est infesté est de consulter l'avis d'un vétérinaire. Il procèdera à l’analyse des selles et prescrira un vermifuge adapté.

  1. Protéger les chiots et les chatons

Les bébés sont tous infestés dans la mesure où leurs défenses immunitaires sont faibles. Contaminés par leur mère, ils constituent des cibles privilégiées. Or, a perte de nutriments sur de si jeunes sujets occasionnent des retards de croissance, des vomissements, une constipation ou des diarrhées, parfois aussi une toux. Il faut donc les vermifuger 1 fois par mois entre 2 et 6 mois pour les protéger.

  1. Éviter toute transmission à l’enfant

Les très jeunes enfants passent leur vie à terre et se lèchent volontiers les doigts. Ils peuvent donc , après une caresse ou être léché par votre animal, contaminer leurs yeux par exemple ou leurs bouches. Pire, les larves peuvent se développer sous la peau et provoquer de graves lésions, dans les intestins ou même détruire le foie de votre enfant dans la mesure où son système immunitaire n’est pas suffisamment mature.

D’autres modes de transmission sont à surveiller : les moustiques ou les puces peuvent aussi transmettre des œufs ou des larves de ténia qui se développeront dans votre animal. Il faut donc prendre toutes les mesures préventives contre ces insectes : collier, pipettes d’insecticide.

Si votre animal est infesté par des puces après un séjour dans un chenil, il faut le vermifuger dans les trois à quatre semaines après le premier jour de garde. Il pourrait avoir ingéré des œufs en se léchant ou en se grattant.

Les animaux opérés sont systématiquement vermifugés pour éviter la baisse des défenses immunitaires.

Les conséquences d’un animal non vermifugé peuvent être désastreuses. Mieux vaut prendre conseil auprès d’un professionnel.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.