Publicité

10 mars 2021 - 10:00

Visites de lieux publics et contrôles routiers lors du couvre-feu

La police de Trois-Rivières trace son bilan de l’opération Semaine de relâche

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Direction de la police de Trois-Rivières vient de tracer son bilan des surveillances effectuées dans le cadre de l’opération provinciale Semaine de relâche, visant à assurer le respect des mesures sanitaires.

Durant la période comprise entre le 27 février et le 7 mars, plusieurs activités ont été réalisées par les patrouilleurs en vue d’assurer le respect des règles qui étaient en vigueur en zone rouge, notamment;

- Visites des lieux publics : (commerces, sites d’activités extérieures, musée, cinémas, etc.)

Pas moins de 167 visites furent effectuées. De ces visites, les policiers ont donné 6 avertissements en lien avec le non-respect de la distanciation sociale et le non-port du masque.

- Contrôles routiers pour le couvre-feu :

10 contrôles routiers ont permis la vérification de 376 véhicules et ont donné lieu à l’émission de 7 constats d’infraction pour le non-respect du couvre-feu.

Les interpellations quotidiennes pour le respect du couvre-feu ont, quant à elles, donné lieu à l’émission de 25 constats d’infraction additionnels pour la même période.

- Contrôles sur les sentiers de motoneiges :

5 contrôles effectués par les agents de la patrouille spécialisée ont permis la vérification de 526 motoneiges et donné lieu à l’émission de 8 constats d’infractions.

La DPTR rappelle que, bien que la région soit dorénavant passée en zone orange, les rassemblements intérieurs demeurent interdits et le couvre-feu demeure en vigueur entre 21h30 et 5h00.

Les policiers vont donc continuer d’exercer les surveillances routières dans cette plage horaire et se déplaceront pour effectuer des vérifications de domicile, lors d’appels signalant des rassemblements.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.