Publicité
2 septembre 2019 - 11:30

Bécancour aura un incubateur industriel!

Par Salle des nouvelles

À l’occasion d’une conférence de presse, Jean-Guy Dubois, maire de la Ville de Bécancour, accompagné du député de Nicolet-Bécancour, M. Donald Martel et de nombreux acteurs du milieu économique bécancourois, a effectué la première pelletée de terre de l’incubateur industriel de Bécancour. Ainsi, le premier magistrat qualifie cet événement de beau moment de la petite histoire économique de Bécancour; un appel à la créativité, à l’innovation et à l’entrepreneuriat. 

L’incubateur entre maintenant dans sa phase de construction. Sur les planches à dessin depuis 2016, ce projet de 15 000 pi2, estimé à près de 3,5 M$, verra le jour au début de l’année 2020. Notons que c’est l’architecte locale Michelle Côté qui en a réalisé les plans.

Ce bâtiment prendra forme sur l’avenue Jean-Demers dans le secteur Bécancour, sur un terrain de l’ancienne zone PME de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour. Rappelons qu’en 2017, la Ville de Bécancour a acquis des terrains dans cette zone afin d’y construire son incubateur et positionner la ville comme un pôle d’accueil pour les PME. L’endroit étant idéal pour l’implantation de ce projet porteur. La grande disponibilité de terrains, le faible coût des terrains, l’accès à une voie ferrée et un réseau transaméricain, la disponibilité d’un port en eau profonde ainsi que la proximité avec un grand nombre de manufacturiers sont venus sécuriser ce choix. 

En créant cette nouvelle structure, Bécancour emboîte donc le pas aux plusieurs autres villes québécoises qui ont mis en place des infrastructures d’accueil pour stimuler l’entrepreneuriat et regrouper des entreprises en prédémarrage et démarrage, et ce, afin de leur offrir des espaces et des services communs.

« La compétitivité des entreprises des territoires et des régions dépend de la capacité de ses acteurs à se renouveler. Je suis très heureux que la Ville de Bécancour se dote de cette nouvelle structure d’accueil qui permettra l’émergence de nouveaux projets et ainsi contribuer à son rayonnement, à la richesse collective et au développement de nouveaux entrepreneurs », a exprimé le commissaire industriel de la Ville de Bécancour, M. Pierre Michel Auger.


La Ville de Bécancour ne possède actuellement pas d’espace de ce type et, outre la grande industrie, elle n’a actuellement pas de pôle de développement privilégié. L’incubateur offrira non seulement des espaces de travail, mais aussi des espaces communs, une ressource spécialisée, soit le commissaire industriel de la Ville, et une banque d’heures de consultation permettront à cet outil de se démarquer.

La structure accueillera des entreprises en mode « incubation » qui pourront ainsi obtenir un endroit physique dans lequel pratiquer leurs activités courantes et développer de nouveaux produits et de nouveaux procédés en ayant des coûts d’opération inférieurs au marché. 

Les organismes de développement économique couvrant actuellement le territoire de Bécancour offriront encore, de façon générale, une variété de services gratuits aux entreprises. L’offre de services de base qui sera dispensée à l’incubateur vient donc s’ajouter à ces services, et ce, en toute complémentarité. 

La réalisation de cet incubateur est possible grâce à la participation financière notamment du Ministère de l’Économie et de l’Innovation, du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables et de la Corporation de promotion et de développement de Bécancour. La Ville de Bécancour tient à remercier tous les intervenants qui participent à la création de cet incubateur industriel qui permettra à Bécancour de se démarquer sur le plan entrepreneurial.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.