Publicité
14 juillet 2019 - 11:30

MRC de Maskinongé

Le Bon coup de juin est décerné à Ray Métal de Saint-Barnabé

Par Salle des nouvelles

La MRC de Maskinongé est heureuse de remettre le Bon coup du mois de juin à Ray Métal ltée de Saint-Barnabé et à ses propriétaires, Jimmy, Dany et Jessy Villemure.

M. Raymond Villemure a fondé Ray Métal en 1975. Spécialisée au tout début dans la fabrication de poutres d’acier, l’entreprise est complètement détruite par un incendie en 1988. Sous la direction de M. Jacques Villemure, le fils de Raymond, l’entreprise diversifie son marché et se lance dans la fabrication de connexions en acier pour structures de bois.

Jimmy, Dany et Jessy Villemure, les fils de Jacques qui travaillent dans l’entreprise familiale depuis plus de 20 ans, deviennent propriétaires en 2002. Ils sont donc la troisième génération d’entrepreneurs à perpétuer l’excellence des produits et des services qui font la notoriété de l’entreprise.

« Nous avons toujours cru en l’importance d’établir des relations d’affaires solides, des partenariats gagnant-gagnant avec nos clients. Nous sommes heureux de constater que les efforts déployés sont reconnus », a indiqué Jimmy Villemure, président de Ray Métal ltée.

Profitant de la bonne situation financière de l’entreprise, les propriétaires ont décidé il y a quelques mois de se lancer dans la réalisation d’un nouveau projet : une base de lit électrique ajustable, légère et démontable à un prix concurrentiel. La demande pour ce produit est en forte hausse et le principal fournisseur vient de la Chine, avec un produit de faible qualité.

Un prototype a été conçu en collaboration avec le fabricant de matelas Zedbed de Shawinigan. La firme d’investissement Novacap, propriétaire des matelas Zedbed et Kingsdown, a récemment rencontré les propriétaires et elle a manifesté un grand intérêt envers le produit.

La base de lit de Ray Métal est en instance de brevet pour le marché canadien et américain. La chaîne de production automatisée est déjà en place et les propriétaires se sont assurés que le processus n’émette aucun résidu ou rejet ne pouvant être recyclé.

Le lancement se fera dans quelques semaines et l’objectif est de fabriquer le plus d’unités possible pour répondre à la demande. À terme, le projet aura nécessité des investissements de plus de 1 M$ et contribué à la création de trois emplois. 

« Nous allons continuer le travail pour établir et améliorer notre nouveau produit, et ainsi permettre à notre entreprise de poursuivre son expansion, peut-être pour la quatrième génération ! », a conclu Jimmy Villemure.

 

À propos du Mur des Bons coups 

Avant chaque assemblée du conseil des maires de la MRC de Maskinongé, un « Bon coup »  est souligné pour le dernier mois : www.mrc-maskinonge.qc.ca/bons-coups.

Un comité a été formé pour déterminer un récipiendaire mensuel. Ce comité est constitué de M. Pierre Cloutier, agent de communication et de développement à la SADC de la MRC de Maskinongé, de M. Jean-Frédéric Bourassa, coordonnateur du Service de développement économique et du territoire de la MRC de Maskinongé et de Mme Geneviève Scott-Lafontaine, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie de la MRC de Maskinongé.

Voici les critères de sélection pour le Mur des Bons coups :

  • La place d’affaires de l’entrepreneur ou de l’organisme doit être située dans la MRC de   Maskinongé;
  • L’entrepreneur ou l’organisme doit rayonner dans la MRC ou à l’extérieur de la MRC de Maskinongé;
  • L’entrepreneur ou l’organisme doit être un ambassadeur de la MRC de Maskinongé.



 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.