Publicité

8 février 2021 - 09:00

Les participants pourront choisir l’activité qui les passionnent : marche, course à pied, raquette, ski de fond, et même Fatbike

Une 16e édition du Défi Jean-Pierre Petit unique et différente

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les membres du comité du Fonds Jean Pierre Petit de la Fondation régionale pour la santé de Trois-Rivières (RSTR) lancent officiellement le Défi Jean-Pierre Petit, en remplacement de la traditionnelle journée de plein air qui aurait habituellement eu lieu au Centre Énergie CMB.

En effet, la pandémie a mis le comité organisateur à l’épreuve, ce dernier devant trouver une alternative dynamique et motivante à cet événement.

Ainsi est donc né le Défi Jean-Pierre Petit, un mois complet dédié aux sports d’hiver et s’adressant à tous les types de sportifs : amateurs ou aguerris.

Dès maintenant et jusqu’au 7 mars prochain, les sportifs du dimanche pourront accomplir le « p’tit défi », tandis que les sportifs désirant repousser leurs limites seront davantage séduits par le « grand défi ».

Les participants pourront choisir l’activité qui les passionnent : marche, course à pied, raquette, ski de fond, et même Fatbike.

Le « p’tit défi » s’effectue seul ou en famille, et consiste à sortir bouger au moins une fois durant le mois de février. Une inscription symbolique de 20 $ est demandée aux participants.

Le « grand défi », pour lequel le comité lance un appel aux entreprises de la région, peut également s’effectuer seul ou en équipe. Le participant ou l’équipe devra se créer un profil Web, se fixer un objectif de distance à parcourir durant tout le mois et récolter des dons dans son entourage.

Un thermomètre sera disponible sous son profil afin de suivre la progression de sa collecte.

C’est donc l’occasion de créer une belle compétition amicale entre collègues ou entre amis, tout en soutenant une bonne cause.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.