Publicité

23 décembre 2020 - 14:33 | Mis à jour : 14:36

Avec un maximum de huit personnes

Le jeu libre permis sur les patinoires extérieures de Shawinigan

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Ville de Shawinigan informe les citoyens qu’en raison de l’assouplissement des directives de la Santé publique, le jeu libre (hockey et autres sports de glace) est maintenant autorisé sur les patinoires extérieures, à condition qu’un maximum de 8 personnes jouent ensemble et respectent la distanciation de 2 mètres.

Parce que la région est toujours en zone rouge, la capacité maximale des patinoires extérieures de Shawinigan est limitée à 24 ou 25 patineurs, selon la patinoire.

C’est donc dire qu’il peut y avoir 8 personnes qui jouent au hockey d’un côté de la patinoire, tandis que d’autres utilisateurs pratiquent le patinage libre de l’autre côté.

La Ville demande à ses citoyens de respecter les autres utilisateurs, de même que le nombre maximal de patineurs admis en même temps.

Rappelons que le port du masque est obligatoire dans les chalets de service et que toute personne présentant des symptômes de la Covid ou ayant été en contact avec une personne déclarée positive est priée de rester à la maison.

Par ailleurs, des plages horaires de patinage libre sont disponibles dans les arénas. Consultez l’horaire au shawinigan.ca/patinlibre.

De plus, les résidents de Shawinigan d’une même bulle familiale peuvent réserver gratuitement une demi-glace dans un aréna au shawinigan.ca/programmation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.