Publicité

9 novembre 2020 - 16:15

Violence conjugale : 300 000 $ pour des projets de sensibilisation en Mauricie

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Dans le but de sensibiliser la population, notamment les hommes et les garçons, à la lutte contre la violence conjugale et d'outiller les témoins et l'entourage des victimes de cette forme de violence, la ministre déléguée à l'Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, a annoncé que les projets des organismes du Centre d'amitié autochtone La Tuque et du FAR (Famille, Accueil, Référence) sont retenus dans la région de la Mauricie dans le cadre de l'appel de projets 2020-2021.

Le ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet, se réjouit de cette annonce, qui profitera à toute la population.

Grâce à un investissement de 1,9 million de dollars à travers tout le Québec, dix-neuf projets seront financés sur un maximum de trois ans, soit de 2020 à 2023, pour prévenir la violence conjugale et agir contre celle-ci.

Dans la région de la Mauricie, deux projets ont été retenus. Les projets retenus doivent poursuivre l'un des deux objectifs suivants :

• mener des actions de sensibilisation visant les témoins de violence conjugale et l'entourage des personnes qui la subissent dans le but de les outiller pour l'adoption d'un rôle actif;

• mener des actions de sensibilisation à l'intention des hommes et des garçons de façon à les sensibiliser à l'importance de lutter contre la violence conjugale, qu'ils en soient auteurs ou témoins, pour qu'ils deviennent des alliés et des modèles positifs.

La violence conjugale est une réalité qui ne discrimine pas et qui peut malheureusement toucher n'importe qui. Les projets seront donc déployés dans divers milieux (travail, scolaire, etc.) et bénéficieront à divers groupes : proches des victimes, jeunes, autochtones, personnes immigrantes, femmes aînées, hommes susceptibles d'être auteurs de comportements violents, hommes alliés, etc.

Les organismes pourront déployer des moyens de sensibilisation spécifiques, selon leurs expertises respectives.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.