Publicité

27 mai 2020 - 06:00

La Ville souhaite une aide financière spéciale de Québec

Shawinigan : La crise de la pandémie de la COVID-19 coûtera entre 2 M$ et 3 M$ en 2020

Par Salle des nouvelles

À Shawinigan comme pour l’ensemble des municipalités, la crise engendrée par la pandémie de la COVID-19 aura un impact important sur les finances municipales. Comme le signalait, hier, l’Union des municipalités du Québec, « malgré une gestion rigoureuse de leurs budgets, les municipalités doivent faire face à la fois à une baisse substantielle de leurs revenus et à une augmentation significative de leurs dépenses. »
 
À Shawinigan, différents scénarios indiquent actuellement que les coûts associés à la crise de la pandémie de la COVID-19 pourront représenter des dépenses supplémentaires allant de 2 M$ à 3 M$ d’ici à la fin de l’année 2020.
 
« On s'attend à une compensation »
 
« Il faut se rappeler que les municipalités sont en première ligne pour faire appliquer les mesures sanitaires de la Santé publique », souligne le maire Michel Angers. « Cela a un impact direct sur nos finances. On doit répondre aux besoins de nos commerçants, de nos citoyens et de nos entrepreneurs. Et on doit aussi continuer à offrir les services de base pour l’ensemble de la municipalité. »
 
L’ampleur de la crise nécessite des mesures exceptionnelles. La Ville de Shawinigan souhaite donc que le gouvernement du Québec offre un soutien financier afin d’absorber, en tout ou en partie, les dépenses liées à l’impact des mesures sanitaires de la Santé publique pour l’ensemble de la communauté.
 
« Il est primordial que les gouvernements soutiennent les municipalités », insiste le maire Michel Angers. « Les gouvernements ont beaucoup donné aux individus, mais ils doivent aussi penser aux organismes publics qui supportent les citoyens. Le Canada est prêt à aider financièrement les villes si Québec est d’accord. On s’attend donc à une compensation. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.