Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 novembre 2017 - 16:38

Acheter en seconde main : l'environnement vous dit merci !

Article commandité

L’industrie du textile compte parmi les plus polluantes, sans parler de l’obsolescence programmée de nos vêtements. Nous sommes aussi victimes de la mode, de plus en plus éphémère pour nous pousser à consommer davantage, nous poussant à changer plus rapidement notre garde-robe ! Les vêtements sont donc de plus en plus jetables et les municipalités doivent faire face à des montagnes de déchets ! Acheter d’occasion peut-elle constituer une alternative à ce gaspillage ?

L’impact du textile l’environnement

Plusieurs millions de tonnes de vêtements sont jetés par an. Victimes de la surconsommation, nous n’avons pas toujours conscience de l’impact de notre comportement sur l’environnement. Les conséquences sont pourtant dramatiques :

  • Fabriqués pour la plupart en Chine, ils polluent 70 % des cours d’eau du fait de la présence de métaux lourds au-delà des quantités supportables pour l’homme. Il faut dire que la fabrication d’un t-shirt nécessite 2500 litres d’eau ! Et beaucoup de pesticides pour fabriquer du coton. Mais ce n’est pas tout : ils contiennent aussi des phtalates et autres résidus de NPE (perturbateur hormonal) qui continuent de polluer l’eau à chaque lavage et nuisent à notre santé.

  • Chaque vêtement représente 20 fois son poids en gaz à effet de serre entre la fabrication, les matériaux utilisés, le transport et les déchets qu’il représente.

  • 70% des vêtements achetés ne seraient pas portés…Un vaste gaspillage.

Un impact sur l’humain tout aussi alarmant

Qui dit environnement dit développement durable et donc répercussions sociales. Le textile engendre ainsi l’exploitation honteuse de la main-d’œuvre précaire, une forme d’esclavage moderne et des conditions sociales et sanitaires désastreuses : ateliers familiaux de fortune, travail des enfants et des vieillards, hygiène plus que sommaire, en Chine pour ne citer qu’elle.

Que faire de nos vêtements pour limiter ces répercussions ?

Ne pas jeter ! Vous risqueriez d’aggraver notre empreinte écologique. En fait, il faudrait consommer moins et réutiliser nos vêtements. Ce en quoi l’achat en seconde main devient intéressant à plus d’un titre : éviter l’achat de textile neuf et saisir des occasions à la friperie à Saint-Constant. Du coup, des emplois y sont même créés. Sans compter que les friperies donnent accès à des vêtements qui coûteraient trop cher autrement.

En achetant des vêtements de seconde main, ils ne deviennent pas des déchets. Et comme la mode est un éternel recommencement, en attendant la remise au goût du jour, jouez-la vintage ! 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.