Publicité

17 avril 2020 - 14:53

PANDÉMIE- COVID-19

« Le tarif de 211$ de l’heure pour les médecins dans les CHSLD ne s’appliquera pas », François Legault

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Dans son point de presse quotidien du vendredi 17 avril, le premier ministre François Legault a pris l’entière responsabilité de la crise actuelle qui touche les CHSLD. Il a aussi mentionné que le salaire horaire de 211$ des médecins prêtant main-forte dans ces établissements de santé ne s’appliquera pas. 

Sur un ton solennel, le premier ministre a fait son mea culpa quant à la situation actuelle dans ces milieux de vie. « Ça ne date pas d’hier que les préposés aux bénéficiaires ne sont pas payés à leur juste part. En tant que premier ministre, je voulais attendre la fin de la convention collective qui a pris fin le 31 mars pour négocier avec les syndicats un meilleur salaire pour cette profession. Mais si c’était à refaire, je les augmenterais même sans l’accord des syndicats », a-t-il avoué. 

L’élu affirme réfléchir beaucoup, depuis le début de la crise, sur son rôle dans celle-ci et sur ce qu’il aurait pu faire de différent avant celle-ci. « Je le sais que les gens se demandent comment on en est arrivé là dans les CHSLD. Moi aussi. Je me questionne beaucoup sur ce que j’aurais pu faire autrement depuis mon entrée en poste », a-t-il ajouté, avant de prendre le blâme. 

Aujourd’hui, 1800 employés oeuvrant dans ces milieux de vie étaient absents pour des raisons médicales ou autres. 

Pas de salaire de 211$ l’heure pour les médecins 

M. Legault a tenu à préciser un point quant aux médecins qui prêtent main-forte dans les CHSLD. « Hier, j’ai parlé avec Diane Francoeur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec et nous nous sommes entendus sur le fait que ce taux horaire ne s’appliquera pas aux 2000 docteurs qui viennent travailler, temporairement, dans ces milieux de vie. Ce n’est pas le temps de parler d’argent, mais c’est plutôt le temps de sauver des vies. Je sais aussi que la grande majorité de ces professionnels ne veulent pas d’argent », a-t-il aussi indiqué. 

Relance des 52000 candidatures sur Je contribue 

Le premier ministre a aussi spécifié que les 51 957 personnes qui ont postulé pour offrir leur aide en CHSLD via la plateforme Je contribue seront recontactées. « De ce nombre, nous en avons appelé 29 345 dont 6 773 ont été embauchés. Un total de 2097 s’est désisté alors que 4 676 sont actuellement sur le terrain. J’ai demandé ce matin qu’on rappelle tout le monde afin de connaître de nouveau leur intérêt. » 

Sa collègue, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann rappelle que les 2000 médecins qui ont répondu à son appel cette semaine, travailleront dans les CHSLD de façon temporaire. « Des renforts arrivent. Un bassin de 17 000 étudiants dans le domaine de la santé et des services sociaux seront approchés pour solliciter leur aide. Les employés d’entreprises d’économie sociale à travers la province le seront aussi. À eux s’ajoute les 300 membres des Forces armées envoyés par le fédéral et tous les gens de la plateforme Je contribue. On aura donc beaucoup d’aide dans ces endroits au cours des prochaines semaines », a-t-elle expliqué. 

En terminant, est-ce que M. Legault incite les 125 députés de l’Assemblée nationale à se rendre sur le terrain dans les CHSLD. « Si quelqu’un a des compétences en médecine, c’est autre chose. Mais l’idéal, c’est d’avoir des gens qualifiés sur le terrain », a-t-il simplement conclut sur le sujet. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.