Publicité

5 décembre 2014 - 16:16 | Mis à jour : 16:29

Le médecin paresseux

Toutes les réactions 15

Le médecin paresseux ou « medicus omnipraticus » est une race de médecin de famille trop présente aux yeux de plusieurs personnes dont le ministre de la santé. Permettez-moi de mieux approfondir vos connaissances sur le sujet.

Le médecin paresseux a suivi en général une formation universitaire de 6 à 8 ans dont 4 ans dans les milieux hospitaliers. Les nombreuses gardes et les innombrables heures de formation ne lui font pas peur et il obtient son permis de pratique après la réussite d’une longue série d’évaluations et d’examens tant théoriques que pratiques.

Le paresseux doit par la suite trouver l’endroit idéal pour bâtir son nid ; processus parsemé d’obligations dans lequel il doit se conformer à diverses instances. Nul ne peut s’établir où il le veut sans devoir rendre des comptes. Il en va de même pour le choix de ses activités. Au final, il doit accomplir un drôle de rite lui imposant de pratiquer au moins 12 heures par semaine en établissement parmi des priorités déterminées dont l’urgence, l’hospitalisation, l’obstétrique, l’hébergement, les soins à domiciles, la santé mentale et j’en passe.

Le paresseux pratique des activités diverses et stimulantes mais souvent dans des conditions précaires. Pourtant le paresseux adore ce qu’il fait. Il mange souvent peu, saute des repas ou grignote en remplissant des dossiers ou formulaires interminables. Il reçoit des appels à toute heure du jour ou de la nuit quand il ne s’amuse pas tout simplement sur différent quart de travail (jour, soir et nuit). Certains paresseux poussent même l’audace jusqu’à fonder une famille!

Vous comprendrez que ce qui précède est un clin d’œil humoristique à la situation complexe dans laquelle les médecins de famille sont actuellement plongés. Mais ce qui est bien réel c’est ce qui se passe en dehors du temps que vous passez avec le médecin de famille qui vous soigne, que ce soit à l’urgence, à l’hospitalisation, au bureau ou à la naissance de votre enfant. Nous devons remplir un nombre incessant de documents de toutes sortes, rejoindre les spécialistes, les centres de rendez-vous pour demander les examens jugés urgents, gérer les retours d’appel et tous les résultats des examens et consultations demandés.

Sans compter que le manque de ressources dans les autres professions du domaine de la santé oblige les médecins à tenter de combler ces lacunes en vous fournissant des conseils sur vos habitudes de vie et du soutien psychologique. Nous dépassons très souvent le cadre de la simple consultation médicale. Sans oublier que les connaissances augmentent sans cesse, les nouveaux médicaments aussi et qu’il faut prendre le temps de garder notre savoir à niveau. Il faut communiquer ce savoir-faire et ce savoir-être aux futurs médecins ; prendre le temps de leur faire des rétroactions. Les médecins de famille ne sont pas des « paresseux ».

Nous ne souhaitons qu’une seule et unique chose, un meilleur accès à un médecin de famille et des soins en lieu et en temps opportun. Nous sommes tous perdants de la piètre qualité du système de santé actuel. Le projet de loi 20 bien qu’alléchant puisqu’il promet un médecin à tous les Québécois ne remplira pas sa promesse. Les quotas sont irréalistes et ce sont vous les patients qui n’auront plus la qualité à laquelle vous êtes en droit de vous attendre. Un nivellement par le bas c’est tout ce qui attend le Québec. Des solutions tangibles sont sur la table depuis des années, mais les gouvernements changeants n’ont pas pris le temps de s’y investir parce que ce n’est pas électoralement populaire.

Les paresseux sont des professionnels fondamentalement bons qui ne souhaitent que la santé et le bonheur de leur prochain. Ceux qui « accepteront » la baisse de 30% du revenu en fonction d’un quota arbitraire le feront au nom de profondes convictions. Les médecins de famille méritent votre soutien!


Dre Patricia Marchand
Trois-Rivières
Médecin de famille depuis 2009 œuvrant en bureau et aux soins palliatifs à domicile

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

15 réactions
  • Un médecin "Paresseux" vient de faire son devoir renseigner les gens BRAVO

    malama - 2014-12-06 10:56
  • Bravo Dre Marchand pour ce texte d'une réalité déconcertante!
    J'espère que le gouvernement comprendra un jour les difficiles réalités du terrain! Car dans notre système de santé public, tous travaillent très fort et tentent de donner le meilleur service possible à la population malgré les contraintes imposées!!

    Chantal O - 2014-12-06 11:58
  • Nous projetons l'image de l'antithèse du paresseux. Car la mésinformation est pire que l'information. Le médecin de famille est tellement polyvalent que nous sommes jalousés par un vrai paresseux: On le retrouve perché sur un arbre à se prélasser et rire "du petit monde en bas" et se paye sa tête au point tel qu'il augmente sa paye de 40% sans que personne le sache, car le stratège du vrai paresseux serait découvert!!!

    Lucie Dessureault - 2014-12-07 09:58
  • Bravo Patricia pour cet excellent article!

    Noémie Laferté - 2014-12-07 12:20
  • Bravo pour le texte.

    Peut-on parler d'UN radiologiste déconnecté? Je me demande à quand la dernière lecture d'un examen? Remplira-t-il ses propres quotas?

    PB - 2014-12-07 18:32
  • Merci, Dre Marchand! La manipulation des statistiques par Dr Barrette pour les omnipraticiens équivaut, par exemple pour les enseignants, à ne comptabiliser que les heures durant lesquelles ils enseignent aux élèves...
    A ce compte-là, on est tous des paresseux!

    L. Beauchemin - 2014-12-07 19:16
  • Les médecins font sûrement face à des préjugés mais ce n'est pas les premiers professionnels à faire face aux préjugés ...parlez s'en aux fonctionnaires ...mais une chose est certaine il y a des bons médecins et des mauvais...mais comme pour les fonctionnaires tous s'attendent au service ...mais il y a beaucoup de gens comme moi n'avons pas de médecin et pourtant je ne veux pas que le médecin passe une heure avec moi ...je sais ce que cela coûte ... Donnez plus d'actes aux autres professionnels de la santé dont les pharmaciens et les infirmières qui souvent font face aux personnes ayant des besoin non pressant et cela donnerai du temps à vos patients choyés qui demande deux heures de consultation

    Den Bolieu - 2014-12-07 20:47
  • Tout ce que fait ce gouvernement dépasse l'entendement et l'humanisme. Je suis terriblement touchée et troublée par vos propos puisqu'ils reflètent tellement la situation que vivent plusieurs médecins. Vous avez tout mon soutien Dre Marchand !

    Angèle Bernier - 2014-12-07 21:23
  • Selon moi,le paresseux est plutôt celui qui veut instaurer le projet de loi 20.Ce projet ne fera qu'amplifier la médecine à deux vitesses. .. A mon avis c'est une stratégie subtile pour y parvenir, ainsi de réduire les dépenses au niveau de la santé. Les gens qui ont les moyens de payer se dirigeront encore plus vers la médecine privée et les autres continueront encore à PATIENTer. ..

    Vivi - 2014-12-08 04:35
  • Bravo Dre Marchand pour cet article qui décrit tellement bien cette triste réalité du système de santé actuel. Une chose est certaine c'est qu'il faut y apporter des changements pour obtenir un système différent... plus efficace et donc plus accessible ...mais ces changements doivent se faire en collaboration avec tous les intervenants sur le terrain et non pas être "imposés" par "un seul et même homme" qui se prend pour "Dieu le Père". Il faut continuer de sensibiliser la population qui sera prise en otage si on adopte ce projet de loi tel qu'il nous est présenté actuellement.. Au Québec, nous avons de très bons médecins qui travaillent souvent de longues heures pour arriver à combler les lacunes d'un système de santé déficient, il faut pour ça aimer la vie pour vouloir ainsi préserver celle des autres au détriment parfois de sa propre santé. Bravo, continuer à vous battre pour un système plus efficace qui permettrait une meilleure accessibilité tout en améliorant votre propre qualité de vie ..une formule gagnant / gagnant pour tous.

    c - 2014-12-08 10:21
  • Je suis moi0même sans médecin de famille depuis que je suis à Trois-Rivières (18 ans.)

    Renee Landry - 2014-12-08 14:24
  • Bravo Dre Marchand... Nous avons besoin de gens comme vous pour en éclairer certains...

    Huguette - 2014-12-08 17:10
  • Merci de mettre les pendule à l'heure . Ce que vous décrivez est exact et loin d'être exagéré . Je parle en connaissance de cause, je suis l'épouse d'un paresseux qui y a presque laisse sa santé à vouloir soigner et protéger ses patients, 45 ans de pratique , cela démontre sa persévérance et son dévouement, je crois. Je vous salue chers omnis, vous avez toute mon admiration. On ne le vous reconnaït pas suffisamment. Encore une fois, merci à vous.

    Michèle Larouche - 2014-12-10 11:52
  • D'accord

    Charles Parent - 2014-12-10 13:23
  • Je suis parfaitement d'accord avec ce que vous dites. Je viens d'être congédier suite aux coupures de Monsieur notre cher ministre de la santé. J'ai eu depuis plusieurs années la chance de travailler avec des médecins qui se donnaient corps et âme pour donner un bon service à leurs patients. J'ai vu quotidiennement les faits que vous mentionnés, entre autre manger en remplissant des dossiers et des formulaires. On nous avait prédit qu'il y aurait moins de paperasse, mais voyons c'est pire qu'avant. C'est à se demander où leur travail s'en va. Plus de paperasse, donc moins de temps à accorder avec leurs patients. Je leurs lève le chapeau.

    franssou - 2015-02-17 17:03