Publicité

25 mai 2020 - 06:00

Un financement de 76 012$ permettra cette action

Centraide Mauricie soutiendra les jeunes isolés et marginalisés par le contexte de la COVID-19

Par Salle des nouvelles

À la suite du financement totalisant la somme de 2,5 M $ que la Fondation Lucie et André Chagnon (FLAC) a versé pour l’ensemble des Centraide de la province, Centraide Mauricie a obtenu une somme 76 012 $ qui permettra aux organismes jeunesse de la région de rejoindre et d’aider les jeunes isolés et marginalisés par la crise de la COVID-19.

Avec l’appui de la Table Régionale de l’Éducation de la Mauricie, qui agira comme expert-invité, l’argent sera investi dans des projets ou des services qui offriront un soutien pédagogique ou psychosocial aux jeunes pour qui la possibilité de réussite scolaire a été grandement diminuée à cause de la situation actuelle.

Faire une demande avant le vendredi 29 mai

À cette fin, les organismes communautaires autonomes régionaux dédiés à la jeunesse doivent répondre aux critères d’admissibilité qui ont été établis et faire une demande avant le 29 mai prochain, via le site web de Centraide Mauricie. On y retrouve un formulaire ainsi que toutes les informations devant être fournies par l’organisme demandeur.

Cette annonce coïncide bien avec celle du gouvernement indiquant que la rentrée scolaire des étudiants du secondaire n’aurait lieu qu’en septembre prochain, alors qu’un nombre important d’élèves du primaire demeureront également à la maison d’ici septembre.

« La situation actuelle fragilise l’ensemble des élèves du primaire et du secondaire, encore plus ceux et celles qui vivent des difficultés d’apprentissage ou qui affrontent des problèmes personnels eu égard à leur inactivité scolaire, a affirmé Chantal Ferland, directrice régionale par intérim. Privés de certains outils pédagogiques liés à la technologie ou à l’absence d’accompagnement solide, il est nécessaire de faire tout en notre pouvoir pour les soutenir »,

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.