Publicité
28 mai 2019 - 11:58

Projet Donne la patte mon toutou

Un projet entrepreneurial permet de remettre 411 $ à la SPA Mauricie

Par Salle des nouvelles

La vente de tout près de 137 sacs de biscuits pour chien a permis à six jeunes entrepreneurs de 1re secondaire de l’école secondaire des Pionniers de remettre un chèque de 411 $ à la SPA Mauricie. L’activité de financement était organisée dans le cadre de leur projet de fin d’année.

Souhaitant venir en aide aux animaux dans le besoin, ces élèves de 1re secondaire, de la concentration entrepreneuriat, ont démarré ce projet de vente de biscuits pour chien, développé et cuisiné à l’école. Les jeunes ont témoigné d’une grande persévérance dans la recherche de recettes sans arachide, consultant une éleveuse de chiens afin de valider les ingrédients et allant même jusqu’à tester leur production auprès de différentes races canines afin d’assurer la qualité du produit.

En plus de venir en aide à la SPA Mauricie, le projet entrepreneurial a permis aux élèves d’être au cœur de l’action en participant activement aux prises de décision et à la réalisation de différentes tâches nécessaires à la réussite du projet.

Initiative, persévérance, créativité, autonomie et travail d’équipe sont quelques-unes des qualités que nos élèves ont développées tout au long du projet. Le projet Donne la patte mon toutou conclut la 1re année de ces jeunes inscrits dans une concentration où les valeurs entrepreneuriales sont enseignées par la mise en action d’un projet communautaire.

La SPA Mauricie tient à souligner l’apport des élèves, qui fait une véritable différence pour le bien-être des animaux.

« Nous encourageons les initiatives venant des élèves et nous soulignons l’engagement des bénévoles. Pour nous, c’est une façon d’encourager les jeunes à s’impliquer dans leur communauté, ainsi que dans un projet d’entrepreneuriat », a mentionné la directrice générale adjointe de la SPA Mauricie, Mme Sarah-Lise Hamel.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.