Publicité

14 juin 2021 - 14:00 | Mis à jour : 14:05

Permis de conduire suspendu

Intervention pour grand excès de vitesse à Trois-Rivières et Trois-Rives

Par Catherine Deveault

Deux interceptions pour grand excès de vitesse ont été effectués par les policiers de la Sûreté du Québec lors des derniers jours.

Le 5 juin dernier, en fin d’après-midi, les policiers de l’unité motard de la Sûreté du Québec ont intercepté deux véhicules en grand excès de vitesse, dans une zone de travaux, sur l’autoroute 40, à Trois-Rivières. Le premier conducteur, un homme de 35 ans, a été capté alors qu’il circulait à 140 km/h dans une zone de 80 km/h. Il a reçu un constat d’infraction de 1088$ assorti de 10 points d’inaptitude. Le deuxième conducteur, âgé de 18 ans, a été capté à 132 km/h dans la même zone de 80 km/h. Il a reçu un constat d’infraction de 813$ assorti de 10 points d’inaptitude.

Les permis de conduire des deux contrevenants ont été suspendus pour une période de 7 jours.

Le le 10 juin, en après-midi, les policiers de l’unité motard de la Sûreté du Québec ont intercepté un véhicule circulant en grand excès de vitesse sur la route 155, dans le secteur de Trois-Rives. Le conducteur a été capté alors qu’il circulait à 155 km/h dans une zone de 90 km/h.

Le conducteur, un homme de 32 ans, a reçu un constat d’infraction de 1313$ assorti de 14 points d’inaptitude. Son permis de conduire a été suspendu pour une période de 7 jours.

La Sûreté du Québec rappelle que la vitesse est l’une des premières causes de collisions mortelles à survenir sur les routes du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.