Publicité

10 août 2020 - 14:00 | Mis à jour : 14:04

La Sûreté du Québec oeuvre sur les plans d'eau

En Mauricie, la prévention nautique assurée par les cadets et les policiers

Par Salle des nouvelles

Depuis le début de l’été, les 48 cadets présents dans la région des Laurentides, de la Mauricie, de Lanaudière et de l'Outaouais et les policiers de la Sûreté du Québec ont effectué plusieurs activités de sensibilisation à la prudence sur les plans d’eau. Voici un exemple du travail effectué dans la région, en collaboration avec les policiers.

Sur le terrain, les efforts de sensibilisation étaient jumelés au travail terrain des patrouilleurs nautiques de la Sûreté du Québec, présents sur l’eau quotidiennement, de mai à septembre inclusivement. Il y a jusqu’à cinq embarcations nautiques et équipages par jour à l’œuvre en même temps sur différents plans d’eau dans la région.

Les cadettes ont profité de la Semaine de la sécurité nautique à la fin juin pour aller rencontrer des plaisanciers aux marinas de Nicolet, Bécancour, Deschaillons-sur-St-Laurent et au quai de Ste-Angèle-de-Laval. L'équipement de sécurité obligatoire d'une embarcation a été vérifié et les gens ont pu recevoir quelques conseils sur la navigation. Tous étaient ont profité de l'occasion afin de poser des questions concernant les règlements sur l'eau.

Les cadettes ont fait de la prévention nautique en soirée, fin juillet, concernant la consommation d’alcool au volant d’une embarcation nautique. À leur retour au quai, une dizaine de personnes ont été sensibilisées et accueillies au quai de Sainte-Angèle-de-Laval. Lors d’une présence au parc Gérard-Lupien de Nicolet, les cadettes ont contacté leurs collègues policiers puisque des plaisanciers semblaient intoxiqués par la drogue.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.