Publicité

17 juillet 2020 - 15:00

Opération policière

La Sûreté du Québec sera plus présente pendant les vacances de la construction

Par Salle des nouvelles

Les vacances de la construction débutent et la Sûreté du Québec a bien l’intention d’intensifier ses interventions autant sur le réseau routier que sur les plans d’eau et les sentiers, et cela jusqu’au 2 août. 

C’est sous le thème « La sécurité ne prend pas de vacances ! » que les policiers interviendront durant ce long congé. Cet angle vise à rappeler à tous les vacanciers qu’ils doivent appliquer les règles en matière de sécurité routière et récréotouristique tout au long de l’année, même lorsqu’ils sont en vacances. En tout temps, sur la route, sur l’eau ou en sentier, ils doivent adopter des comportements sécuritaires afin d’assurer leur sécurité ainsi que celle des autres.

Cette période représente le moment de l’année où le nombre de collisions mortelles et avec blessés est le plus élevé.  L’an dernier, 15 personnes ont perdu la vie. 

Le tiers des Québécoises et Québécois prennent congé durant cette période, ce qui a pour effet d’augmenter de façon considérable les déplacements sur le réseau routier. D’ailleurs, avec la fermeture temporaire des frontières du pays en raison du contexte lié à la pandémie, la plupart des citoyens passeront nécessairement leurs vacances à l’intérieur de la province. Une augmentation encore plus marquée de l’achalandage sur nos routes est donc à prévoir.

Ainsi, la présence policière sera accrue sur les routes, mais également dans les sentiers et sur les plans d’eau pour assurer le respect de la réglementation. Dans cette optique, la Sûreté du Québec invite les vacanciers à pratiquer de manière sécuritaire leurs activités récréotouristiques favorites. Rappelons notamment que le port du casque est obligatoire pour les adeptes de véhicules tout-terrain, et qu’il est fortement recommandé de porter la veste de flottaison individuelle en tout temps lors des sorties en bateau.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.