Publicité

5 mai 2020 - 15:23 | Mis à jour : 15:32

Assistance du groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec

Un homme visé par plusieurs mandats, arrêté pour harcèlement criminel

Par Salle des nouvelles

Les patrouilleurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont tenu une opération policière mardi matin, dans le secteur du centre-ville, pour arrêter un individu qui faisait l’objet d’un mandat d’arrestation.

Vers 8 h 30 ce matin, les policiers se sont présentés à une résidence de la rue Père Frédéric afin de procéder à l’arrestation d’un homme âgé de 40 ans. L’individu, connu des milieux policiers, faisait l’objet de mandats d’arrestation pour harcèlement criminel ainsi que pour avoir tenu des propos menaçants.

Compte tenu que celui-ci présentait des signes d’un état mental perturbé, les policiers ont préalablement érigé un périmètre de sécurité afin de sécuriser les environs. Les occupants de l’immeuble impliqué ont dû être évacués par mesure préventive et un autobus de la STTR a été mis à leur disposition.

Plusieurs tentatives de prise de contact avec l’individu ont été entreprises, mais se sont soldées par un refus de collaboration. Compte tenu que le suspect pouvait être en possession d’armes blanches, une demande d’assistance du groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec a été faite: ceux-ci sont arrivés sur les lieux vers 12 h 30. L’opération policière a pris fin à 13 h 15, suite à l’arrestation de l’individu, après que les membres du GTI eurent investi le logement.

L’individu a été conduit au quartier général de la DPTR afin d’être rencontré par les enquêteurs. Une comparution téléphonique est à venir.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.