Publicité
3 février 2020 - 06:00

Comparution au Palais de justice de Trois-Rivières: retour à la Cour à une date ultérieure

Arrestation pour violence conjugale: des voies de faits avec lésions invoquées

Par Salle des nouvelles

Les patrouilleurs de la direction de la police de Trois-Rivières ont procédé récemment à une arrestation pour voies de fait avec lésions. Vers 6 h 10 jeudi matin, les policiers ont été dirigés dans un logement de la rue de Tonnancour, suite à un appel 911, pour violence intrafamiliale.

Celle-ci mentionnait qu’une chicane était en cours. Lorsque les patrouilleurs sont arrivés sur place, ils ont rapidement remarqué des traces de violence à l’intérieur du logement. Deux personnes étaient sur place, le suspect et la victime, qui était mal en point. L’homme a été mis en état d’arrestation et conduit au Quartier général afin d’être rencontré par les enquêteurs.

La victime a été transportée à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires. Heureusement, bien que ses blessures soient sérieuses, son état n’inspire aucune crainte. Le suspect, Jean-Dodien Rukundo, 29 ans, a comparu au palais de justice de Trois-Rivières, sous des accusations de voies de fait causant des lésions. Il est demeuré détenu et reviendra à la Cour à une date ultérieure.

Toute personne voulant partager des renseignements, de façon confidentielle, peut le faire par le programme "Halte au crime" en communiquant au numéro 819-691-2929 touche #7, ou directement sur le site internet du programme.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.