Publicité
3 janvier 2020 - 06:00

Le conducteur de 77 ans sous bris de condition a été arrêté pour conduite sous l'emprise de l'alcool

Trois-Rivières : un véhicule circulant en sens inverse intercepté

Par Salle des nouvelles

Le 1er janvier, au km 198 sur l'autoroute 40 Est, la police a procédé à l'arrestation d'un conducteur de 77 ans pour conduite avec capacité affaiblie par l'alcool. Celui-ci, sous bris de condition, a circulé en sens inverse puis, lors de l'intervention policière, a proféré des menaces de mort envers les intervenants.

Le 1er janvier vers 1 h 15, un citoyen a avisé les policiers du poste autoroutier Mauricie, de la Sureté du Québec, qu'une automobile circulait en sens inverse sur l'autoroute 40 en direction est à Trois-Rivières. L'automobiliste fautif a par la suite tenté d'emprunter un demi-tour situé dans le terre-plein central et s'est enlisé.

Les premiers intervenants (MTQ) arrivés sur place se sont fait menacer. Le conducteur indiquait être armé. Les policiers ont dû faire preuve de prudence lors de l'arrestation de cet individu. Aucune arme n'a été trouvée, mais l'homme de 77 ans de Trois-Rivières a été arrêté pour conduite avec capacité affaiblie par l'alcool, avoir proféré des menaces de mort et bris de condition.

Au poste, il a échoué l'alcootest (plus du double de la limite permise). Son véhicule a été saisi pour 30 jours et son permis de conduire a été suspendu pour 90 jours. Le suspect a été libéré sur promesse de comparaître à une date ultérieure au palais de justice de Trois-Rivières.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.