Publicité
23 décembre 2019 - 06:00

Tentative d'achat de services sexuels à des mineur(e)s

Une opération policière débouche sur six arrestations liées au proxénétisme

Par Salle des nouvelles

L’Équipe des enquêtes sur les crimes majeurs de Trois-Rivières, en collaboration avec la Direction de la police de Trois-Rivières et l’Équipe intégrée de lutte contre le proxénétisme (EILP), a procédé cette semaine à une opération en matière de lutte au proxénétisme à Trois-Rivières.

Les policiers ont mené plusieurs interventions les 18 et 19 décembre dans un établissement hôtelier de Trois-Rivières visant spécifiquement des clients tentant d’acheter les services sexuels de personnes de moins de 18 ans. Ce type d’opération a également pour but de recueillir des informations afin de soustraire les victimes sous le joug de proxénètes et cibler ces derniers en vue de les traduire en justice.

Six hommes de 21 à 43 ans

Durant les deux jours de l’opération, les policiers ont procédé à l’arrestation de six hommes âgés entre 21 et 43 ans. Parmi les suspects arrêtés, Donald Richer, 43 ans de Trois-Rivières, a comparu aujourd’hui au palais de justice de Trois-Rivières pour faire face à des accusations de leurre et d’obtention de services sexuels moyennant rétribution d’une personne âgée de moins de 18 ans. Les autres individus arrêtés comparaîtront ultérieurement pour faire à face à des accusations similaires.

Les Services des enquêtes sur les crimes majeurs (SECM) regroupent plus 250 enquêteurs répartis sur l’ensemble du territoire de la Sûreté du Québec. Ils réalisent des enquêtes d’envergure sur des crimes visant les personnes et les propriétés ainsi que sur des crimes financiers. De plus, les SECM coordonnent les enquêtes dans les postes de MRC et collaborent avec les divers services policiers municipaux.

Toute information sur des actes criminels ou des événements suspects peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.