Publicité
3 décembre 2019 - 06:00

Enquête en cours

Deux plaintes déposées à la suite du décès d'un octogénaire au CHSLD Roland-Leclerc

Par Salle des nouvelles

Un octogénaire atteint d'Alzheimer a succombé à ses blessures dimanche, à la suite d'un accident survenu vendredi dernier au CHSLD Roland-Leclerc de Trois-Rivières. Le contexte de ce drame demeure flou. Suite à son décès, une plainte a été logée à la Direction de la police de Trois-Rivières.

D'après la famille, un gardien de sécurité, engagé par une firme sous-traitante, aurait bousculé l'homme, provoquant sa chute. Souffrant d'une fracture du crâne et d'une hémorragie cérébrale, le résident a été hospitalisé.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a pour sa part demandé une enquête du coroner, suivant les derniers développements dimanche. Une enquête interne est en cours pour éclaircir les causes du drame.

Dépôt de deux plaintes

Compte tenu que des événements entourant le décès sont survenus dans un CHSLD, des enquêteurs de la DPTR ont amorcé une enquête en vertu de la Loi sur le coroner, afin de déterminer les causes et les circonstances ayant causé le décès. Aucun autre détail ne sera transmis avant la conclusion de l’enquête.

Un dossier a également été ouvert par le corps policier, mais pour un autre incident. Marc Bastien fait l'objet d'accusations de voies de fait. L’homme aurait échangé de violents propos et même des coups avec le gardien de sécurité en question. Une plainte contre ce dernier pour voies de fait a également été déposée.

Hier, l'avocat des Commissionnaires du Québec Marc-Antoine Cloutier a rejeté la thèse de la faute du gardien : il a assuré que l’agent, employé par les Commissionnaires, aurait redirigé M. Bastien vers sa chambre. Il défend le fait qu'une chute aurait "eu lieu" mais que le personnel serait intervenu.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.