Publicité
27 novembre 2019 - 06:00

Dossier de leurre informatique

Un adolescent derrière le faux compte Instagram d'un pédophile présumé

Par Salle des nouvelles

Les enquêteurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont procédé à la rencontre d’une personne mineure en lien avec un dossier de leurre sur internet.

En fin de semaine dernière, une plainte a été déposée à la Direction de la police de Trois-Rivières, en lien avec un présumé pédophile qui aurait tenté d’appâter une adolescente sur un média social. Les enquêteurs au dossier ont rapidement pu déterminer qu’il s’agissait d’un faux profil sur Instagram au nom de Marcel Lacombe.

Dans les faits, ce profil a été créé par un adolescent. Les policiers ont rencontré celui-ci afin de déterminer ses motivations. Suite à cette rencontre, un dossier de leurre au moyen d’un ordinateur sera transmis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) pour étude, afin de déterminer si des accusations seront portées.

La Direction de la police incite les parents à faire preuve de vigilance en supervisant l’utilisation des médias sociaux par leurs adolescents, afin de prévenir des situations similaires. La police rappelle que toute personne voulant partager des renseignements, de façon confidentielle, peut le faire par le programme "Halte au crime", en communiquant au numéro 819-691-2929 #7, ou directement sur le site internet du programme.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.