Publicité
29 juillet 2019 - 14:00

Manifestation sur la laïcité du 27 juillet 2019

Manifestation sur la laïcité à Trois-Rivières : intervention des autorités policières

Par Salle des nouvelles

Les membres de l’escouade du maintien et rétablissement de l’ordre (MRO) de la Direction de la police de Trois-Rivières assistés de leurs collègues de la Sûreté du Québec, sont intervenus samedi après-midi 27 juillet, afin d’encadrer deux groupes de manifestants.

Vers 13 h 30, environ 125 participants du collectif « La Vague bleue » ont débuté une marche à partir du parc Victoria, dans le centre-ville en direction du parc portuaire. Parallèlement à celle-ci, le groupe des contre-manifestants « Brisons la vague » s’était réuni au carré de la fosse, toujours au centre- ville. Dès le début de la marche, ceux-ci ont tenté de se diriger vers le centre-ville, mais ils ont été contenus par les policiers, pour empêcher toute confrontation. Les membres se sont alors dispersés et ont tout de même tenté de rejoindre l’autre groupe. Les policiers ont dû modifier l’itinéraire fourni par « La Vague Bleue » afin d’éviter que les deux groupes ne se rencontrent.

Vers 15 h 00, les partisans de « La Vague Bleue » sont arrivés au parc portuaire. À ce moment, des partisans du groupe « Brisons la vague » ont réussi à atteindre la terrasse Turcotte et le parc des Ursulines. Certains d’entre eux ont lancé des projectiles vers les policiers. Ils ont été rapidement dispersés par ceux-ci.

L’événement s’est terminé sous le coup de 16 h 00. Aucun événement déplorable ni aucun blessé n’a été répertorié lors du déroulement de la manifestation. Les policiers sont demeurés présents jusqu’à 17 h 00 afin de s’assurer que celle-ci se termine dans l’ordre. Seul un individu qui était en possession d’une bonbonne de poivre de cayenne fera l’objet de procédures pénales.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.